fbpx

Le faible niveau des stocks a un impact sur le recyclage automobile par Steve Fletcher

Steve Fletcher
Steve Fletcher. PHOTO Steve Fletcher

Les prix des véhicules d’occasion continuent d’augmenter, ce qui est à la fois une bénédiction et une malédiction pour les recycleurs.

La pénurie mondiale de semi-conducteurs est l’une des perturbations les plus importantes qu’ait connues l’industrie automobile ces derniers mois.

L’impact a été une baisse des ventes de véhicules neufs parce que les équipementiers ne sont tout simplement pas en mesure de construire suffisamment de véhicules en état de marche pour répondre à la demande.

Le stock de véhicules neufs étant moins important, de nombreux concessionnaires de voitures neuves se sont tournés vers les véhicules d’occasion. Pour nous, en tant que recycleurs d’automobiles, cela présente un scénario intéressant.

Depuis quelque temps, les données montrent que l’âge global du parc automobile continue d’augmenter. Aux États-Unis, les données d’IHS Markit indiquent que l’âge moyen d’un véhicule est de 12,1 ans, tandis qu’au Canada, il est d’un peu moins de 10 ans.

Augmentation du nombre de véhicules d’occasion

Et comme le parc automobile vieillit, il y a également une demande très importante (et croissante) de véhicules d’occasion. Nous avons vu ce phénomène atteindre un point culminant récemment, car la pénurie de véhicules neufs a exercé une pression sur le marché de l’occasion.

Et ce ne sont pas seulement les concessionnaires qui se disputent les véhicules d’occasion dans les ventes aux enchères, mais aussi les entreprises de flotte, en particulier les sociétés de location de voitures qui ont écoulé une grande partie de leurs stocks au deuxième trimestre de l’année dernière en raison de l’arrêt des voyages.

Les véhicules de location sont si rares aujourd’hui que les entreprises qui en disposent facturent des primes et, afin d’attirer davantage de clients, les agences de location achètent désormais des véhicules plus anciens, juste pour avoir quelque chose à offrir.

En fait, la pression sur les véhicules d’occasion est devenue si forte que même les recycleurs et les associations comme la nôtre reçoivent des appels leur demandant si nous avons des véhicules, y compris des véhicules en fin de vie (VHU).

Pour nous, en tant que recycleurs, le vieillissement du parc automobile et la demande de voitures plus anciennes (cinq ans et plus) sont, à bien des égards, de la musique pour nous, car il s’agit de la « niche » dans laquelle nos entreprises ont tendance à opérer.

La demande de pièces d’occasion est en forte hausse, tout simplement parce qu’il y a une pénurie de pièces neuves, les carrossiers et les ateliers de mécanique cherchant à mettre la main sur tous les composants qu’ils peuvent, qu’ils soient neufs ou d’occasion.

En outre, avec l’augmentation des prix de la ferraille et la forte demande d’articles tels que les convertisseurs catalytiques, le climat économique actuel offre de très bonnes opportunités aux recycleurs.

L’inverse

Il y a cependant un revers à la médaille. Si, en tant que recycleur, vous disposez d’un bon stock de véhicules, vous êtes actuellement dans une position très favorable.

Si vous ne le faites pas, il devient de plus en plus difficile de concurrencer les concessionnaires et les grandes entreprises de flotte qui recherchent des véhicules, car le prix des voitures, de récupération ou autres, continue de grimper, même si, pour chaque voiture, vous êtes susceptible de gagner plus d’argent par pièce qu’auparavant.

En fin de compte, pour réussir, il faut être capable de lire le marché et de voir où vont les choses. Les influenceurs externes, comme COVID, durent rarement, mais une chose est claire, l’importance de comprendre la chaîne d’approvisionnement.

C’est le moment idéal pour les recycleurs de s’adresser aux réparateurs de carrosserie et aux ateliers de mécanique, car beaucoup d’entre eux ont actuellement un peu plus de temps et, en se concentrant sur ces relations, les recycleurs peuvent, dans de nombreux cas, résoudre leurs problèmes d’approvisionnement en pièces.

Du côté des associations, l’ARC continue à chercher des moyens d’aider ses membres à optimiser leurs opérations et à reconnaître ceux qui ne se contentent pas de vendre des pièces, mais qui recherchent également de nouvelles affaires et établissent des relations.

En fin de compte, quoi qu’il arrive dans l’économie, c’est la force des relations et des réseaux que nous avons qui assure notre survie et notre croissance future. Et en ces temps sans précédent, c’est quelque chose que nous devrions tous reconnaître.


Steve Fletcher est le directeur général de l’Automotive Recyclers of Canada et le directeur exécutif de l’Ontario Automotive Recyclers Association. Vous pouvez le joindre à l’adresse suivante : [email protected]

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X