fbpx

Mordu de caoutchouc : Pneus homologués hiver

Depuis l’apparition de notre joli pictogramme représentant un flocon dans une montagne, nous avions l’impression que le débat sur la pertinence des pneus d’hiver était chose du passé.

Il semblerait que l’humanité est condamnée à revivre continuellement sa propre histoire puisque depuis quelques années, nous assistons à une recrudescence des pneus « homologués ». Mais pourquoi ? Avec l’augmentation des coûts liés à l’entreposage ainsi qu’à la main d’oeuvre, plusieurs consommateurs font l’analogie qu’en utilisant les mêmes pneus toute l’année, ils économiseraient beaucoup de frais.

La vérité, comme souvent, est plus nuancée. En effet, même si on enlève les changements de saisons, nous devrons multiplier les rotations afin d’assurer une usure égale, donc quand même se rendre en atelier, parce que soyons honnête, plus personne ne le fait soi-même à genou dans l’allée de la maison.

Les caractéristiques du produit
Ensuite, réfléchissons sur les caractéristiques du produit. Peu importe le fabricant, ils tentent tous de répondre au même besoin, chacun avec sa recette, mais toujours dans un objectif commun de créer un pneu fonctionnel pendant toute l‘année. Étant donné que ni la chimie, ni la physique, ni les conditions climatiques ne diffèrent pour ces pneus en particulier, il en résulte donc un savant mélange de compromis, de calculs de moyennes et de choix d’ingénieurs.

Donc en résumé, le pneu peut rouler autant en hiver qu’en été, cependant en hiver, il possède une traction limitée dans la neige ainsi qu’une adhérence sur la glace limitée, surtout en fonction du refroidissement. Plus il fait froid, plus le caoutchouc durcit, plus on se rapproche de la rondelle de hockey.

À l’opposé du spectre, afin de conserver des qualités hivernales nous vivons la contrepartie estivale. Donc plus le mercure monte, plus la gomme ramollie, et les flancs s’assouplissent. De plus, nos blocs tant appréciés en hiver pour leur traction deviennent source de faiblesse pour l’aquaplanage et la stabilité à haute vitesse.

Un usage restreint
Mais à qui donc conviennent vraiment ces pneus ? J’aurais tendance à répondre par l’absurde : ils s’adressent vraiment à des familles utilisant principalement le vélo lors de la saison chaude, le canot en cas d’averse importante, ceux-là mêmes qui apprécient l’attelage de huskies en hiver et finalement qui apprécient vraiment leur voiture de mars à mai et d’octobre à novembre !

Plusieurs clients partant pour la Floride nous parlent de cette solution comme d’une merveille. Cependant, l’usure rapide ainsi que les faiblesses relatives aux grandes chaleurs rendent le long terme moins plaisant.

J’aimerais donc vous encourager, collègues spécialistes, à suggérer ces segments de marcher avec prudence et une connaissance approfondie des besoins de vos clients. Oui ces produits ont un public cible, mais il n’est pas sage de jouer avec la sécurité de gens pour éviter « quatre pose-balances ». Assurons-nous que nos clients aient le bon pneu pour le bon véhicule et surtout, qu’il réponde au bon besoin !

Catégories : Pneus

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

septembre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

octobre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

05oct(oct 5)10:00 am07(oct 7)1:30 pmAFLA 2020 Corporate Fleet Conference

07oct(oct 7)11:00 am08(oct 8)6:00 pmExpérience virtuelle CCIF 2020

Nos partenaires

Menu
X