fbpx

Alexandre Thivierge, Hunter : construire de la valeur

Autosphere » Pneus » Alexandre Thivierge, Hunter : construire de la valeur

Directeur régional de Hunter pour le Québec et le nord du Nouveau-Brunswick, Alexandre Thivierge croit que les centres spécialisés dans le pneu doivent prendre à bras le corps les nouvelles technologies.

M.Thivierge est un passionné de technologie. Ça tombe plutôt bien, puisque le secteur du pneu fait face à de nombreux défis qui seront plus facilement surmontables avec l’apport de ces nouvelles solutions.

« Je crois qu’à moyen terme, l’automatisation de certaines opérations dans les centres de pneus va aider les gestionnaires à accomplir des tâches liées au changement de pneus ou encore à l’alignement avec précision, sans nécessiter autant de main-d’oeuvre. N’oublions pas que la moyenne d’âge des techniciens au Canada est de 55 ans. »

L’autre réalité, outre la pénurie de main-d’oeuvre, est l’innovation constante de la part des constructeurs automobiles. Cela a un impact sur la gestion des roues et sur le choix des bons pneus, mais aussi sur les travaux d’entretien sur le véhicule. « L’alignement est devenu une opération complexe qui touche plusieurs systèmes gérant la sécurité du véhicule. Là aussi, les systèmes automatisés, qui peuvent s’adapter à plusieurs marques de véhicules, vont répondre à un besoin croissant. Cela va donner une impulsion à la nécessité de former davantage les techniciens. »

Se faire adopter

M. Thivierge constate aussi une forte tendance au regroupement des centres de pneus sous bannières. « Il y a là une recherche de volume d’achat, mais aussi le désir d’établir un nouveau modèle d’affaires, souligne-t-il. La nouvelle génération de consommateurs veut une expérience client hors du commun, et ça demande aussi une nouvelle approche des centres de pneus. Les clients ne veulent plus fréquenter trois ateliers pour l’entretien de leur véhicule. S’ils tombent sur un atelier en lequel ils ont confiance, ils seront heureux de lui confier leur véhicule pour les pneus, mais aussi pour l’entretien mécanique et la réparation de leur pare-brise. Je crois que dans les prochaines années, les petits centres de pneus qui ne sauront pas se diversifier et améliorer la qualité de leur offre seront appelés à se moderniser. »

Selon lui, les centres de pneus doivent investir dans les équipements de pointe, dans la formation et dans la qualité de leurs locaux pour se faire adopter par cette nouvelle clientèle.

Plus de sécurité

Ayant travaillé ailleurs au Canada et étant bien informé sur ce qui se passe sur le continent, Alexandre Thivierge déplore qu’il n’y ait pas au Québec un programme d’inspection mécanique obligatoire des véhicules âgés de plus de huit ans. « C’est un facteur de sécurité tellement important ; je ne comprends pas pourquoi le Québec ne s’active pas sur le sujet. »

Il s’interroge également sur la pertinence de fixer au 1er décembre la date limite de pose des pneus d’hiver. « J’ai peur que ça mette beaucoup de pression sur les centres de pneus dans une période déjà achalandée. Il y aura du travail bâclé et ça aussi, ça risque d’affecter la sécurité routière », conclut-il.

Catégories : Pneus

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

décembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X