fbpx

Regards sur les navettes autonomes

Le forum virtuel de Propulsion Québec a permis de faire le point sur l’évolution des navettes autonomes. PHOTO Propulsion Québec

Dans le cadre de son chantier Démonstration et expérimentation, Propulsion Québec a organisé, les 9 et 10 septembre, le  Forum Regards croisés : les navettes autonomes au Québec, en format virtuel.

Ce forum, initialement prévu le 23 mars dernier, avait pour objectif de faire une rétrospective sur les projets de navettes autonomes qui se sont déroulés en 2018-2019 au Québec et de partager les apprentissages de ces expériences. Les différents intervenants du domaine ont partagé leurs apprentissages sur la planification et la réalisation de ce type de projets.

Un retour sur les projets

Les deux jours de conférences et de panels ont tracé un portrait des trois projets réalisés en 2018-2019, ont livré le point de vue des acteurs municipaux, abordé la question de l’acceptabilité sociale de ces projets et de la réglementation. Une discussion virtuelle a également livré une perspective sur la place des navettes autonomes dans la mobilité de demain.

Un des panels, composé de Primaël-Marie Sodonon, Conseiller en innovation et en projets pilotes Véhicules Autonomes, Laboratoire d’innovation urbaine, de Nicolas Saunier, professeur titulaire au Département des génies civil, géologique et des mines de l’École Polytechnique de Montréal et de Benjamin Docquiere, chercheur associé au projet de navette autonome du Quartier de l’Innovation et candidat à la Maîtrise en Études Urbaines, ESG-UQAM, a abordé la question de l’implantation progressive des navettes autonomes.

Pour ces experts, il est évident que la pandémie de COVID-19 a mis un frein à plusieurs projets de mise en opération de navettes autonomes au Québec. Selon eux, la reprise permettra leur réactivation. Mais, il n’en demeure pas moins que l’utilisation des navettes sans conducteur fait encore face à des défis de taille. Ils mentionnent la technologie de ces véhicules qui doivent mieux « comprendre » l’environnement routier. La condition des infrastructures et de la signalisation routière fait aussi partie des enjeux tout comme l’acceptabilité sociale.

Intégrer la navette

« Les projets intéressants sont ceux qui sont intégrés dans une réflexion sur la mobilité, explique Benjamin Docquiere. On parle ici du dernier kilomètre. Par exemple, lier le cœur d’un quartier à son marché public afin de réduire l’effet de désert alimentaire qui afflige certains quartiers. Ça prend un objectif clair. Il faut déterminer comment cette technologie peut rendre véritablement service à la population. »

Pour Nicolas Saunier, les gens qui ont eu l’occasion d’utiliser ce type de navettes s’y sont sentis en sécurité. « Mais nous sommes loin de voir les automobilistes abandonner leur volant. Il faut que le véhicule autonome présente une valeur ajoutée, un moyen complémentaire de relier des points d’intérêt. Je crois qu’à l’usage, l’aspect nouveauté va s’effacer au profit du côté pratique. »

Les trois membres du panel étaient d’accord pour dire l’importance de reprendre les divers projets intégrant les navettes autonomes. Cela valide la technologie, démystifie son utilisation aux yeux des citoyens, mais aussi aux yeux des autorités municipales et gouvernementales.

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

novembre

02novToute la journée06SEMA360Virtual

02nov(nov 2)8:00 am06(nov 6)8:00 amDrivingSales Executive SummitVirtual Edition!

03novToute la journée052020 AAPEX

Nos partenaires

Menu
X