fbpx

La BDC rassure sur les perspectives économiques de 2023

Autosphere » Concessionnaires » La BDC rassure sur les perspectives économiques de 2023
Pas de panique économique prédit la BDC. Photo Adobe Stock

Tout en indiquant que le climat économique est incertain, la Banque de développement du Canada (BDC) ne prévoit pas de récession en 2023, plutôt un ralentissement économique et un ajustement des habitudes des consommateurs.

Dans le cadre d’un webinaire diffusé le 25 novembre, Pierre Cléroux, vice-président Recherche et Économiste en chef de la BDC, a expliqué tout d’abord la situation actuelle de l’économie.

« Nous avons connu une forte reprise après la pandémie soutenue par les programmes d’aide gouvernementaux, un marché du travail dynamique et des consommateurs ayant accès à d’importantes économies. Durant la même période, l’investissement des entreprises a été très fort et nous avons vu une croissance de nos exportations. Le Canada a aussi bénéficié de la hausse de la valeur des matières premières, dont nous sommes de grands producteurs. »

Ceci étant dit, cette économie en surchauffe alimentée par un taux de chômage historiquement bas a comme incidence de faire augmenter les prix à la consommation. Dans un marché de l’emploi canadien où un million de postes restent à combler, les salaires ont connu aussi une croissance significative.

Comme l’explique Pierre Cléroux de la BDC, après une remontée fulgurante aux lendemains de la pandémie, l’économie s’essouffle au Canada. Photo BDC

« La hausse du taux directeur de la Banque du Canada est une réponse directe à la situation inflationniste que connaissons depuis quelques mois, reprend M. Cléroux. La hausse des taux d’intérêt qui en découle frappe directement le pouvoir d’achat des ménages canadiens. Les taux d’intérêt croissants chargés sur les hypothèques leur enlèvent de l’argent. Et plusieurs vont retarder ou reconsidérer certains achats de biens durables. » L’économiste parle ici de résidences, mais aussi de meuble ou encore d’automobiles qui demandent un financement à l’achat.

L’augmentation du coût des intrants est aussi pénalisante pour plusieurs entreprises qui ne peuvent pas nécessairement glisser facilement cette hausse à leurs clients.

L’année à venir

Si l’horizon économique pour 2023 s’assombrit, M. Cléroux n’en prévoit pas pour autant une tempête de l’ordre de celles connues en 2008-2009 ou en 2020 découlant des séquelles de la pandémie. « L’économie ne va pas s’effondrer, prédit-il. Notre économie demeure solide et nous avons plus d’outils de contrôle. Il n’y aura pas nécessairement une récession en 2023, mais il faut envisager une croissance très faible sinon nulle pour les douze prochains mois. Il y aura une réduction des dépenses des familles canadiennes, cependant il reste de l’argent dans notre économie. »

Selon l’économiste en chef de la BDC, la hausse du taux directeur de la Banque du Canada devrait se poursuivre l’an prochain pour atteindre environ 4.5% pour ensuite commencer à reculer au printemps 2024. La réduction de consommation engendrée par un accès plus dispendieux au financement devrait contribuer à contrôler l’inflation.

Selon la Banque de développement du Canada, il n’y aura pas d’effondrement de l’économie en 2023, mais une faible croissance, voire un léger recul. Photo BDC

Se préparer au pire

Le webinaire de la BDC voulait aussi présenter son accompagnement pour les entreprises canadiennes afin qu’elles puissent mieux se positionner pour affronter le ralentissement économique. Cette révision des pratiques financières pour faire face aux incertitudes demande la préparation d’un budget, en équipe, incluant des indicateurs de performance qui alerteront le gestionnaire en cas d’anomalies comparativement aux attentes.

Il est recommandé de préparer divers scénarios financiers en prévision du pire. Un suivi étroit et régulier des résultats en comparaison des objectifs va indiquer lorsqu’un ajustement des prévisions est nécessaire. Selon Nicolas Fontaine, conseiller d’affaires principal à la BDC, la direction d’une entreprise doit régulièrement remettre en question ses priorités et se montrer proactive et non pas réactive.

La BDC offre aux entrepreneurs plusieurs outils pour valider l’état de santé de leur commerce et le préparer à affronter toute période de turbulences sur son site web, bdc.ca, sous l’onglet articles et outils.

 

Catégories : Concessionnaires, Éditorial
Étiquettes :
AAPEX 2021 Button FR

SEMA 2021 Button FR

GTE 2022 Button FR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

février

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES