fbpx

Les concessionnaires réels et virtuels avec Charles Drouin

Les concessionnaires de la région de Québec ont su s’adapter aux circonstances exceptionnelles des derniers mois en trouvant un équilibre entre présence réelle et virtuelle pour leurs clients.

Dans un contexte où le Salon de l’auto de Québec ne pouvait évidemment pas se dérouler dans un lieu physique, la Corporation Mobilis a fait preuve de rapidité d’exécution et d’imagination en construisant une version virtuelle de cet évènement très populaire sur la plateforme moisdusalondelauto.com durant tout le mois de mars.

« Traditionnellement, le Salon de l’auto de Québec est la bougie d’allumage de la saison pour nos concessionnaires, a expliqué Charles Drouin, chef de la direction de la Corporation Mobilis lors d’une entrevue vidéo sur Autosphere.ca. Notre objectif était de garder la marque du Salon de l’auto active, stimuler l’ensemble des ventes chez nos concessionnaires, faire rayonner l’ensemble de l’industrie et pouvoir présenter les nouveautés des constructeurs. »

Du 1er au 31 mars, les visiteurs peuvent y trouver plusieurs activités. Des vidéos thématiques y sont présentées régulièrement et la plateforme se veut un carrefour pour l’ensemble des concessionnaires de la région accompagné de vidéos. Le volet familial est aussi en vedette. Rappelons que la Corporation Mobilis regroupe 127 concessionnaires dans la grande région de Québec.

Selon M. Drouin cette formule s’avère très populaire. « Ce qui est intéressant de constater c’est qu’entre 30 à 35 % des visiteurs de la plateforme nous indiquent vouloir changer de véhicule dans l’année. Ces informations sont transférées à nos concessionnaires qui feront le suivi. »

La reprise des ventes

L’année dernière, la pandémie a affecté les ventes de véhicules neufs dans la région de Québec avec un recul d’environ 20 % alors que la vente de pièces et services a diminué de 30 %.

« L’industrie automobile dans notre région c’est 6000 emplois directs pour un chiffre d’affaires de cinq milliards de dollars, explique M. Drouin. Depuis le 8 février dernier, les concessionnaires de notre région profitent de la réouverture complète ce qui signifie que les gens peuvent retourner en concession, rencontrer des conseillers techniques et faire des essais routiers. Les affaires reprennent tranquillement en mars, mais les activités sont appuyées par le mois du Salon de l’auto. »

Là pour rester

Certains ont pu remettre en question la pertinence de salles de montre et de concessionnaires avec place d’affaires en briques et mortier alors que le magasinage en ligne a connu un grand essor au cours des derniers mois.

M. Drouin constate que les habitudes des consommateurs avaient déjà changé alors que le magasinage directement chez les concessionnaires affichait déjà une courbe descendante.

« La grande différence, c’est que le consommateur est mieux informé grâce aux plateformes numériques des concessionnaires et des constructeurs. Quand il se présente en concession, c’est pour conclure la transaction », ajoute-t-il.

Valeur ajoutée

Selon lui les concessionnaires ont encore leur raison d’être puisque l’achat d’un véhicule est une transaction importante et les clients veulent pouvoir concrétiser leur choix sur place. C’est l’occasion d’aller chercher de l’information supplémentaire et se faire expliquer les nouvelles technologies qui se greffent constamment aux automobiles.

La visite en concession est aussi l’occasion pour le consommateur de comprendre l’offre de services d’entretien sur sa prochaine acquisition. Les techniciens y sont formés selon les normes des constructeurs et utilisent habituellement des pièces d’origine.

C’est une autre force des concessionnaires que de connaître intimement les besoins d’entretien des véhicules qu’ils vendent.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

avril, 2021

Nos partenaires

Menu
X