fbpx

Conférence 2024 de l’OARA : Croissance et opportunités

Autosphere » Carrosserie » Conférence 2024 de l’OARA : Croissance et opportunités
L'OARA a organisé sa convention et son salon 2024 au Hilton Markham Suites du 21 au 23 mars.
Steve Fletcher, directeur général de l'OARA (à gauche) et Ryan Mandell, directeur de la performance des sinistres, dommages physiques automobiles, Mitchell International.
Greg Woodbeck, membre du conseil d'administration de l'OARA, donne un aperçu des activités de la convention.
Sean Davidson, de l'Indice Davis, a prononcé un discours passionnant sur les tendances du marché mondial de la ferraille.
Dans le cadre des sessions de « Présentations éclairs », Dominic Boucher donne un aperçu de Lithion Technologies et des avantages qu'elle offre dans le domaine du recyclage des batteries.
Patrick William Nee, de Cyclic Materials, évoque les défis et les possibilités de recyclage des aimants permanents des moteurs électriques.
Julien Lemay, de SalvageScan, a expliqué comment l'IA peut déterminer la désirabilité et la demande de batteries recyclées.
Andrew Horsman, E360 Solutions, parle de la récupération intégrée des déchets et des ressources et des avantages qu'elle offre à l'industrie du recyclage.
Une table ronde sur la planification de la succession a réuni des représentants de trois entreprises familiales de recyclage (de gauche à droite) : Dave McDonald, Bodyline Auto Recyclers ; Mary Poirier, Valley Automotive et Dominic Dominic Vetere, Dom's Auto Parts.
JC Cahill, de VINMatchPRO, évoque l'avenir du recyclage automobile et les possibilités qu'il offre.
Un vaste salon sur place a permis aux participants d'examiner une gamme complète de produits et de solutions liés au recyclage.
Yannick Brisson, Martin Rivard, Frédéric Micelli et Jean-François Eric-Isabel représentaient Progi au salon (de gauche à droite).
Virushan Vepulan, Vincent Wu et Ryan Baltjes étaient présents sur le stand d'eBay Motors (de gauche à droite).
Gilles Cloutier, d'Auto-Kool, a fait le déplacement depuis Lachine, au Québec.
A. Semih Sunkar (à gauche) et Kana Nishio, représentant Nippon PGM America et DOWA, ont fait le voyage depuis les États-Unis.
L'équipe Copart pose pour une photo de groupe. (De gauche à droite) Natasha Fontana, Lydia Provenzano, Les Fisher, Ken Cabanaw et Paula Keller.
Photos Huw Evans

Malgré les conditions économiques actuelles, l’optimisme règne dans le secteur du recyclage automobile.

Du 21 au 23 mars, l’Ontario Automotive Recyclers Association (OARA) a tenu sa convention et son salon 2024. Pour 2024, l’évènement de trois jours s’est déroulé au Hilton Markham Suites à Markham, en Ontario, juste au nord de Toronto.

Cette convention est toujours un évènement très attendu et l’édition de cette année n’a pas fait exception. Les participants sont venus de très loin, non seulement de toute la province de l’Ontario, mais aussi de différentes régions du Canada et des États-Unis.

Séances du vendredi

Après la réunion du conseil d’administration de l’OARA et la première rencontre sociale annuelle de Recycle Auto Part-Y, le 21 mars, les séances d’information ont débuté le lendemain matin.

Steve Fletcher, directeur général de l’OARA, a souhaité la bienvenue aux participants et a donné un aperçu de certains développements au niveau de l’association.

Greg Woodbeck, de Woodbeck Auto Parts et membre du conseil d’administration de l’OARA, a ensuite donné un aperçu des évènements et des activités qui se dérouleront pendant la convention et le salon, et a profité de l’occasion pour remercier les commanditaires et les exposants, ainsi que pour mentionner certaines personnes, dont Steve Fletcher, pour son leadership et ses conseils, ainsi que les bénévoles infatigables qui contribuent au bon déroulement de l’évènement, notamment Christy Earl, de Hotch’s Auto Parts ; Carolyn Carcone, de Carcone’s Auto Recycling, et Gloria Mann, de Media Matters, qui s’est occupée du bureau d’inscription et a coordonné les activités tout au long de l’évènement.

Mario Venditti, de Triple M Metal, a ensuite présenté le premier intervenant de la journée, Sean Davidson, PDG de l’Indice Davis, une société de recherche qui fournit des informations sur le marché pour l’industrie mondiale du recyclage et des alliages, ainsi que le fondateur de Jules AI, qui aide les organisations de matériaux recyclés à gérer et à automatiser leurs flux commerciaux.

Tendances de la ferraille

M. Davidson a présenté un exposé fascinant sur les tendances et les facteurs qui influencent actuellement les marchés de la ferraille dans le monde, et sur l’impact probable de l’industrie des métaux sur le commerce et la fabrication au niveau mondial dans les années et les décennies à venir.

M. Davidson a fait remarquer qu’aujourd’hui, de plus en plus de gouvernements et d’organisations commencent à comprendre la valeur de la ferraille, notamment en ce qui concerne la gouvernance environnementale et sociale (ESG) et les objectifs net zéro. « Ils découvrent ce que nous savons depuis des décennies », a déclaré M. Davidson, à savoir qu’il faut moins d’énergie pour fabriquer des produits à partir de la ferraille qu’à partir de matières premières. « Il ne sera pas possible d’atteindre ces objectifs de net zéro sans la ferraille », soutient M. Davidson, notant que les lois deviendront probablement plus favorables à ceux qui travaillent déjà avec la ferraille, soit en aidant à la créer à partir de produits en fin de vie (comme le font les recycleurs automobiles et les déchiqueteurs avec les voitures et les camions), ainsi qu’à ceux qui fabriquent et distribuent des produits créés à partir de la ferraille. « L’utilisation de la ferraille permet d’éviter la mise en décharge de ces produits et nécessite moins d’énergie pour produire de nouveaux matériaux. »

Avec la poussée actuelle vers l’électrification, y compris les VÉ et les pompes à chaleur pour les maisons et autres bâtiments, une quantité sans précédent de matériaux (environ 6,5 milliards de tonnes) sera nécessaire d’ici 2050.

Selon M. Davidson, la croissance de la fabrication des véhicules électriques entraînera une demande de ferraille supérieure à l’offre, ce qui se traduira par un besoin d’acier plus important que jamais. Parallèlement, les législations protectionnistes se multiplieront dans le monde entier, les différents pays commençant à comprendre à quel point l’acier produit localement est un atout précieux.

« Nous nous éloignons du capitalisme de libre marché et devons être plus proactifs sur le plan politique », a déclaré M. Davidson, qui a expliqué qu’un protectionnisme accru pourrait avoir un impact négatif sur les recycleurs, entraînant une baisse des prix et des bénéfices qui ne sont plus basés sur l’offre et la demande réelles, mais plutôt sur la réglementation gouvernementale.

Il a souligné l’importance de prêter attention aux marchés mondiaux de la ferraille, tels que la Turquie, qui représente le plus grand marché pour la ferraille maritime, ainsi que d’autres acteurs majeurs tels que l’Inde, le Pakistan et le Bangladesh, car la demande et l’accessibilité de la ferraille dans une partie du monde auront un impact sur les prix dans une autre – M. Davidson a cité l’exemple de la demande et de la disponibilité de la ferraille dans la mer Noire qui a un impact sur les prix dans l’Iowa.

Considérations relatives aux véhicules et aux pièces détachées

Passant des matériaux aux pièces finies, à savoir les composants nécessaires à la réparation des collisions, Ryan Mandell, directeur de la performance des sinistres, dommages physiques automobiles chez Mitchell International, a examiné les tendances actuelles des véhicules qui sont susceptibles d’avoir un impact sur les recycleurs automobiles aujourd’hui et à l’avenir.

Parmi les facteurs clés, citons la complexité croissante des véhicules, les préoccupations liées à la chaîne d’approvisionnement, la croissance de la demande de véhicules électriques, ainsi que l’inflation importante liée aux pièces de rechange.

M. Mandell a expliqué que pendant longtemps, le taux de croissance moyen des coûts de réparation des collisions était d’environ 3,5 % par an. Cependant, depuis la pandémie de COVID-19, ces augmentations ont connu un pic significatif. « En 2022, le taux a augmenté de 10,5 % et il est déjà supérieur à 9,01 % pour 2023 », a déclaré M. Mandell.

Il a expliqué qu’avec l’inflation, les perturbations continues des chaînes d’approvisionnement mondiales et la complexité croissante des véhicules, l’industrie de la collision « subit cette tempête parfaite de variables qui augmente le coût de la réparation des véhicules ».

Et avec le coût des nouvelles pièces de rechange et même des pièces de rechange des équipementiers qui ont un impact significatif sur les estimations, ainsi que le nombre croissant de pièces nécessaires pour réparer les véhicules récents en raison de la complexité et de la technologie accrues, les conditions économiques actuelles représentent une opportunité très importante pour les recycleurs automobiles.

Nouvelles menaces

M. Mandell a expliqué que si les principales perturbations de la chaîne d’approvisionnement survenues à l’époque de la COVID-19 se sont atténuées, de nouvelles menaces sont apparues, notamment les tensions actuelles en mer Rouge, où les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, attaquent les cargos. « Environ 12 % du fret mondial transite par la mer Rouge », a déclaré M. Mandell, précisant que certains experts, dont le PDG du géant danois du transport maritime Maersk, s’attendent à ce que ce problème dure tout l’été. La mer Rouge étant actuellement un point chaud, de nombreux transporteurs de marchandises choisissent de faire passer les navires par la corne de l’Afrique, ce qui ajoute plusieurs semaines au temps de transit, ainsi que des retards et des coûts qui auront un impact sur la disponibilité et le prix des pièces détachées.

Sur le front de l’électrification des véhicules, M. Mandell a noté que les données indiquent une adoption plus rapide des VÉ au Canada qu’aux États-Unis, et qu’avec un plus grand nombre de ces véhicules sur les routes, un plus grand nombre sera impliqué dans des collisions et devra être réparé. Cependant, les ateliers de réparation doivent tenir compte de certains éléments fondamentaux. Tout d’abord, si les VÉ ont moins de pièces mobiles que les véhicules à moteur à combustion interne (MCI), ils ont tendance à avoir plus de pièces accidentées. En outre, sans moteur à l’avant ou à l’arrière, la façon dont ils absorbent les dommages est très différente. Le Ford F-150 Lightning en est un bon exemple. En le comparant au F-150 XLT EcoBoost V6 à essence, M. Mandell a déclaré que lorsque Mitchell a fait des estimations par cœur sur des exemples des deux véhicules, le Lightning comportait des pièces que le XLT n’avait pas, à savoir un isolateur de pare-chocs de 200 $ et un renfort de calandre de 1500 $. En outre, sans moteur pour absorber l’énergie d’un accident, le Lightning risque d’être plus endommagé à la suite d’un même type de collision, ce qui augmente le temps et le coût des réparations, qui, selon M. Mitchell, sont 30 % plus élevés pour le Lightning que pour le XLT.

Des conditions favorables

Compte tenu de la complexité accrue et de l’augmentation du coût des nouvelles pièces, M. Mandell estime que les conditions du marché sont très favorables aux recycleurs automobiles, qui ne sont pas affectés par les chaînes d’approvisionnement mondiales et peuvent fournir des pièces d’origine OEM de bonne qualité aux centres de réparation beaucoup plus rapidement et à moindre coût qu’un atelier qui tente de commander de nouveaux composants de remplacement. Et comme les véhicules électriques nécessitent davantage de pièces après une collision, tout comme les modèles récents de véhicules à moteur à combustion interne et de véhicules hybrides (grâce à la multiplication des systèmes ADAS, y compris les caméras et les capteurs), il n’y a sans doute jamais eu de meilleur moment pour travailler dans le secteur du recyclage automobile.

Après la conférence de M. Mandell, quatre « Présentations éclairs » ont eu lieu, au cours desquelles les vendeurs ont eu l’occasion de présenter leurs produits et solutions, ainsi que les avantages qu’ils procurent aux recycleurs. Lithion Technologies, Cyclic Materials, SalvageScan et Environmental 360 Solutions ont tous fourni des informations très intéressantes sur les moyens de récolter et de réutiliser des matières premières précieuses, notamment le recyclage et la réutilisation de presque tous les types de batteries (Lithion), la récolte et le recyclage des aimants permanents des moteurs électriques (Cyclic), l’utilisation de la technologie de l’intelligence artificielle pour déterminer le meilleur prix et la meilleure demande pour les batteries de véhicules électriques et hybrides (SalvageScan) et les solutions efficaces de récupération et de traitement des déchets (Environmental 360).

Une session populaire à la Convention 2024 de l’OARA a été une discussion interactive qui s’est concentrée sur la planification de la succession. Modéré par Greg Woodbeck, le panel comprenait Dave McDonald de Bodyline Auto Recyclers à Hamilton. Les participants étaient Dave McDonald de Bodyline Auto Recyclers à Hamilton (Ontario), Mary Poirier de Valley Automotive à Pembroke (Ontario) et Dominic Vetere de Dom’s Auto Parts à Courtice (Ontario).

Plus tôt que tard

Tous trois dirigent des entreprises familiales et ont partagé des expériences très personnelles sur la planification de la succession et sur l’importance d’élaborer un plan imparfait plutôt que de ne pas avoir de plan du tout. Bien que la situation de chaque entreprise et de chaque famille soit différente et qu’il soit parfois difficile d’éviter les litiges, les panélistes s’accordent à dire qu’il est préférable d’élaborer un plan de succession le plus tôt possible plutôt que le plus tard. En outre, ils ont déclaré que pour assurer une transition réussie, que ce soit vers la prochaine génération de membres de la famille ou la vente de l’entreprise à un opérateur extérieur, il est important que tout plan soit minutieusement détaillé et mis par écrit, et qu’une communication claire et concise soit essentielle tout au long du processus pour toutes les personnes impliquées, y compris les membres de la famille, les acheteurs potentiels, ainsi que les équipes juridiques et comptables respectives.

En outre, si l’entreprise est transmise à la prochaine génération de membres de la famille, les panélistes ont tous convenu qu’il était impératif qu’ils aient un intérêt actif à prendre la relève et que la jeune génération gagne ses galons et prouve qu’elle est à la fois enthousiaste et capable de gérer l’entreprise avant que la vente n’ait lieu.

La dernière session du vendredi a été animée par JC Cahill, PDG et fondateur de VINMatchPRO. Fort d’une expérience réussie dans le secteur, après avoir dirigé des installations de récupération et de recyclage d’automobiles dans l’État de Washington et le Massachusetts, M. Cahill a fondé VINMatchPRO en reconnaissant que les recycleurs avaient besoin d’un accès convivial pour acheter, vendre et inventorier des véhicules et des pièces, en particulier compte tenu de la prolifération des composants technologiques tels que les caméras et les capteurs présents sur les modèles récents de voitures et de camions.

Lutter contre la désinformation

M. Cahill a fait remarquer que la désinformation est un défi majeur pour de nombreux recycleurs automobiles aujourd’hui, étant donné qu’il y a plus de pièces sur les véhicules et qu’il y a plus d’opportunités de récolter et de vendre des composants sur les voitures récupérées, il y a un plus grand risque qu’un client ne reçoive pas la pièce dont il a besoin pour réparer son véhicule après une collision, car les bonnes informations, en particulier celles liées aux composants ADAS, ne sont pas souvent exactes ou largement disponibles.

Un autre problème est que les constructeurs mettent à jour leurs véhicules et les modifient ou les redessinent si rapidement qu’il peut être difficile pour les fournisseurs de pièces détachées de suivre le rythme. Si cette situation rend plus difficile la reproduction des pièces, elle offre aussi plus d’opportunités aux recycleurs qui ont ces véhicules dans leurs cours et une multitude de pièces qui peuvent être vendues aux réparateurs de collisions, notamment des ensembles de phares et de feux arrière, ainsi que des hayons de camions, qui sont de plus en plus souvent protégés par des marques déposées par les équipementiers.

Si les recycleurs disposent d’opportunités considérables en raison de la disponibilité de ces pièces d’origine et de l’absence d’impact significatif des chaînes d’approvisionnement mondiales (ce qui permet aux centres de réparation de réduire les retards de livraison des pièces, tout en les aidant, ainsi que les assureurs, à améliorer leurs scores ESG et net zéro, puisque les pièces ont déjà été fabriquées), les recycleurs sont confrontés à des défis.

M. Cahill a déclaré qu’aujourd’hui, l’inflation et l’augmentation des coûts d’exploitation, associées à des taux de main-d’œuvre plus élevés et à la diminution de la valeur marchande des véhicules, rendent la situation plus difficile pour de nombreux opérateurs. M. Cahill a expliqué que, dans certains cas, la valeur du terrain sur lequel opère un recycleur peut souvent être nettement supérieure au montant que l’entreprise génère, ce qui rend très tentante la vente de l’entreprise à des consolidateurs ou la liquidation des opérations et la vente du terrain à des promoteurs.

Une forte demande

Néanmoins, il a fait remarquer que la demande de pièces détachées de véhicules d’occasion est forte et qu’elle ne fera probablement que s’accroître à l’avenir, ce qui signifie que les opérateurs avisés ont une réelle opportunité de créer une activité rentable et durable à long terme.

Pour ce faire, il faut être efficace dans l’achat des véhicules et la vente des pièces détachées, s’assurer d’embaucher les bonnes personnes pour le travail et connaître les revenus générés par chaque employé. « Concentrez-vous sur les éléments de l’entreprise que vous pouvez contrôler, a-t-il déclaré, et créez une culture de l’action. Commencez par le leadership ; faites preuve d’ouverture d’esprit pour que vos employés se sentent valorisés et appréciés, et soyez toujours prêts à assurer la formation polyvalente de votre équipe. Une formation polyvalente, une formation polyvalente et encore une formation polyvalente. »

Après la conférence de M. Cahill, un salon professionnel s’est tenu sur place avec des vendeurs de tous les secteurs du recyclage automobile. Plus tard dans la soirée, les participants ont eu l’occasion de prendre part à des collectes de fonds sur place, à des ventes aux enchères et à un casino, qui ont permis de récolter des fonds pour le programme de bourses d’études des employés de l’OARA.

Le samedi 23 mars, les participants ont eu droit à un petit-déjeuner commandité et à toute une série de séances. Celles-ci comprenaient une session sur la rentabilité des VÉ, les meilleures pratiques en matière d’engagement du personnel, ainsi que plusieurs tables rondes, dont une sur les ventes intitulée « Soyez le premier choix de votre client », et un jeu de rôle entre les ventes et la production qui s’est avéré à la fois instructif et divertissant.

L’un des points forts a été la session « No Holds Barred » avec Donald Cooper, coach d’entreprise et conférencier en gestion, qui a également été marquée par un jeu de poker participatif.

M. Cooper, qui est revenu à la demande générale, a également animé la séance principale du samedi, qui portait sur les moyens d’accélérer votre activité, en expliquant comment les recycleurs peuvent faire passer leurs opérations au niveau supérieur tout en relevant une multitude de défis, notamment la complexité croissante, l’augmentation des réglementations, la compression des marges et la pénurie de main-d’œuvre. M. Cooper a reconnu que, même si bon nombre de ces problèmes sont susceptibles de perdurer, les recycleurs et les propriétaires d’entreprises peuvent se positionner de manière à offrir un service à la clientèle et une valeur constante et supérieure, ainsi que des pratiques de gestion efficaces et, en fin de compte, une rentabilité à long terme.

 

Catégories : Carrosserie, Éditorial
Étiquettes : Évènement, OARA

EMPLOIS

 
Honda de Boucherville
Conseiller (ère) - neuf & occasion
 
  BOUCHERVILLE
  Temps plein
 
 
Mazda de Laval
Conseiller aux ventes-véhicules neufs-salaire concurrentiel-Laval 26517
 
  LAVAL
  Permanent
 
 
Ent. Michel Beaupied inc
Mécanicien.ne
 
  RAWDON
  Temps plein
 
 
Groupe Taddeo auto
Directeur.trice des ressources humaines
 
  LAVAL
  Permanent
 
 
Lachute Subaru
Conseiller.ère aux ventes de voitures neuves et d'occasion
 
  LACHUTE
  Permanent
 

ARTICLES POPULAIRES