fbpx

Michel Labonté : Un parcours suprenant

Autosphere » Carrosserie » Michel Labonté : Un parcours suprenant
Mécanicien de métier et carrossier par choix, Michel Labonté, président de Gestion Michel Labonté, aura eu depuis 1972 le privilège de connaître l’évolution de l’automobile sous toutes ses coutures. Gestion Michel Labonté

En 70 ans, l’automobile aura connu trois grandes révolutions qui, pour certains carrossiers, n’ont aucun secret.

Avant l’arrivée des véhicules électriques dits utilitaires, chers et bourrés de technologies, l’auto est passée depuis 1950 d’utile à gigantesque puis, jusqu’à récemment, à un bien indispensable et abordable.

Lorsque le carrossier Michel Labonté a vu le jour au coeur du Centre-Sud de Montréal, rue De Champlain, la nouvelle génération des voitures des années 50 venait de faire son apparition.

Fait historique : en 1956, deux ans après sa naissance, Claude Despatie créait le premier atelier Mr Muffler à quelques rues de là, sur Amherst, alors que tramways et trolleybus tenaient encore le haut du pavé.

L’ère de la beauté

Or, la métamorphose des Chrysler, Monarch, DeSoto, Lincoln, Cadillac, Buick, Oldsmobile, Ford, Corvette, Thunderbird et Studebaker allait bientôt exercer un effet déterminant sur les choix de carrière.

Comme nombre de jeunes fascinés par la beauté et la dimension de ces véhicules qui faisaient rêver autant qu’ils étaient inabordables à la classe moyenne, Michel choisit la mécanique.

S’étant auparavant initié à la carrosserie en travaillant durant l’été chez Major Autobody, et voulant de nature en savoir toujours plus, il a fait tout le contraire de l’école buissonnière.

Bien que mordu de remontage des moteurs, c’est en carrosserie qu’on le retrouvait presque quotidiennement après ses cours, au gré de son horaire de fait, mais à titre « d’observateur » !

Les attraits des gigantesques et rutilantes voitures des années 50 et 60 ont suscité une relève à faire envie, soutient Michel Labonté.

L’ABC de l’automatisation

Pourtant, lorsqu’il a quitté le Campus Pont-Viau en étant bien initié à ces métiers, c’est à l’usine de rechapage de Firestone située à Mont-Royal qu’il obtient son premier emploi.

La production se faisant sur 24 heures et le travail étant répétitif, il n’y sera que quelques mois. C’est cependant là qu’il découvrira l’ABC de la fabrication automatisée.

Même s’il n’y avait grosso modo que 3 dimensions de pneus — 13, 14 et 15 pouces — le ressemelage se faisait automatiquement par des cartes perforées comprenant les spécifications de chaque fabricant.

Les options à installer

À 18 ans, Michel Labonté revient donc à sa passion pour l’automobile en y entrant pour 8 ans par la porte de Laval Chrysler Plymouth… et à l’enseigne d’une polyvalence toute particulière.

De laveur, préparateur, mécanicien et contremaître au Service de la carrosserie, c’est finalement au poste de Responsable de la préparation des voitures neuves qu’il enrichira son CV d’une expérience particulière.

C’était au temps où on réglait les moteurs avant livraison et installait les options sur place, dit-il : dégivreur, radio, antennes, climatiseur, servodirection, servofrein et clignotants entre autres.

Ainsi a-t-il connu les dessous des produits de marques nord-américaines, dont ceux des Duster, Dart et Demon, ou encore des camionnettes Dodge RAM B100 et B200, ancêtres des RAM 1500, 2500 et 3500.

La carrosserie l’emporte

Fort de son expérience de contremaître en carrosserie, Michel sera ensuite gérant du Centre d’estimation Duvernay, dirigera Allaire Auto, propriété de Pièces d’auto C.G.N. et créera sa propre entreprise en 1993.

Dirigeant depuis déjà 30 ans l’atelier CarrXpert de L’Allier Honda 40/640 sous le nom de Gestion Michel Labonté, il est fier de ses choix de carrière, même s’il avait d’abord songé à devenir policier ou comptable.

Le dénominateur commun en aura sûrement été ce goût de l’accomplissement et de la rigueur développé à l’adolescence en coupant les pelouses, astiquant des galeries, ou en étant assistant-laitier, dit-il.

Cégépien à la carte

Suivant par ailleurs le dicton « Qui veut la fin veut les moyens », Michel Labonté n’a en outre jamais hésité à retourner sur les bancs d’école pour atteindre ses objectifs, y compris en gestion.

Ainsi a-t-il étudié au cégep pour connaître l’essentiel de ces quatre disciplines nécessaires à la réussite en affaires :

  • Administration
  • Comptabilité
  • Droit des affaires
  • Ressources humaines

Son seul regret en plus de 50 ans de carrière est de constater que les véhicules d’aujourd’hui n’ont plus cette beauté et ces moteurs rugissants qui attiraient des foules de jeunes vers les métiers de l’automobile.

 

Catégories : Carrosserie, Éditorial
Étiquettes : Gestion

EMPLOIS

 
LOMBARDI HONDA
Mécaniciens.nes généralistes
 
  SAINT LÉONARD
  Temps plein
 
 
SPINELLI TOYOTA POINTE-CLAIRE
Chasseur automobile
 
  POINTE-CLAIRE
  Temporaire
 
 
LOMBARDI HONDA
Réceptionniste
 
  SAINT LÉONARD
  Permanent
 
 
LOMBARDI HONDA
Directeur.rice commercial.e - véhicules neufs et d'occasion
 
  SAINT LÉONARD
  Permanent
 
 
Kia de LaSalle
Directeur.rice général.e
 
  LASALLE
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

avril

22avr(avr 22)8:30 am24(avr 24)5:30 pmInstitut NAFA et Expo 2024