fbpx

Le défi de la réparation des vernis mats

Autosphere » Carrosserie » Le défi de la réparation des vernis mats
Normand Cormier. PHOTO Normand Cormier

Les véhicules avec des vernis mats sont actuellement à la mode. Cependant, leur réparation pose des défis particuliers pour les ateliers de carrosserie.

Une surface satinée donne à un véhicule un style spécial et le distingue des autres, particulièrement chez les manufacturiers de voiture de luxe.

Les réparations nécessitent une préparation très minutieuse et d’excellentes compétences professionnelles. Les pratiques courantes utilisées pour les vernis conventionnels ne peuvent pas être utilisées sur un vernis mat. En effet, il n’est pas possible de poncer et polir les défauts qui pourraient être présents sur la surface une fois la réparation complétée, comme les grains de poussière. La réparation doit être effectuée correctement du premier coup.

Comment ça fonctionne

Pour obtenir un vernis mat, on ajoute un additif à un vernis conventionnel. Cet additif est composé de grains de silice fumés. Un vernis conventionnel a une surface très lisse et reflète la presque totalité de la lumière. La silice contenue dans un vernis mat crée une surface texturée qui diffuse la lumière dans plusieurs directions ce qui réduit le lustre. Plus on ajoute de l’additif, plus la lumière sera diffuse et plus le fini aura un aspect mat.

Reflet de la lumière sur un vernis mat. PHOTO Exalta

Les points à considérer

Étant donné qu’il n’est pas possible de corriger les défauts de surface, la propreté de la cabine est de la plus haute importance. Le technicien doit également porter une combinaison et des gants pour éviter de contaminer la surface.

Plusieurs facteurs vont influencer l’apparence et le niveau de lustre d’un vernis mat : l’épaisseur totale de vernis appliqué, la technique d’application (ex: distance du pistolet vs le panneau), conditions d’application, sélection de durcisseur et de diluant ainsi que la méthode de séchage utilisée. La cuisson est la méthode de choix pour ce type de fini.

Il est impératif de créer des panneaux d’essai pour déterminer la bonne combinaison pour effectuer la réparation. Cet exercice doit être effectué le plus tôt possible pendant le processus de réparation et non quand le véhicule arrive au département de peinture.

Il y a des différences notables sur les véhicules de production. Par exemple, le niveau de lustre sur une Mercedes est de 23, avec plus ou moins 7 unités de tolérance. Ce qui veut dire qu’on pourrait avoir un véhicule à 30 et un autre à 16, et les deux seraient dans les tolérances. Cette différence serait très visible à l’œil nu.

Types de réparations

Tous les types de réparations représentent un défi, même les plus petites. Il n’est pas possible par exemple de corriger des marques d’ongles qui sont dans la cavité sous la poignée de porte. Même si le dommage est petit, la totalité du panneau doit être vernie. Lors d’une réparation plus grande, il peut même être nécessaire de vernis le côté complet du véhicule.

Les fabricants de peinture offrent des formations pour ce type fini. À vous d’en profiter pour parfaire vos compétences !


Normand Cormier est le responsable nord-américain de la formation en classe pour Axalta Coating Systems [email protected].

 

Catégories : Carrosserie, Chronique
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X