fbpx

La colle pour le débosselage

Une fois les blocs bien en place et solidement arrimés à la surface, il ne s’agit que de tirer pour éliminer les bosses. PHOTO Camauto Pro

La réparation de carrosserie par l’utilisation de liens collés représente une technologie intéressante pour plusieurs applications.

Le concept n’est pas nouveau et depuis déjà quelques années des fournisseurs d’équipements de carrosserie l’ont introduit dans les ateliers. Mais, faute de formation et de suivi, la technique a été souvent délaissée.

« Ce n’est pas nouveau, mais c’est beaucoup plus accessible », confirme Yves Robichaud, directeur régional pour le Québec chez CARSTAR Canada.

« Le débosselage par colle sauve du temps en réduisant l’étape de préparation des surfaces. Nous travaillons présentement avec une firme de Laval pour en mousser l’utilisation dans nos ateliers. Ceux qui l’ont mis à l’essai en ont immédiatement vu les avantages. »

Rapidité d’exécution

Même constat dans le Réseau Fix où cette technologie est une tendance qui suscite un certain engouement.

« C’est très intéressant comme approche puisque ça conserve l’intégrité des pièces et permet une plus grande rapidité d’exécution », constate Yves Roy, vice-président régional pour le Québec du Réseau Fix.

« Mais la technique doit être bien apprivoisée. Nous sommes en discussion avec des fournisseurs qui pourraient s’associer à notre centre de formation pour montrer la bonne méthode d’utilisation aux techniciens. »

La firme dont parlait M. Robichaud est Camauto Pro, de Boisbriand. Charles Aoun, propriétaire de cette entreprise, confirme que la technologie existe depuis plusieurs années, mais que plus récemment la solution a été rendue plus intéressante par la multiplication des accessoires, qui rend le débosselage par colle beaucoup plus polyvalent.

Comme il l’explique, le travail de débosselage se fait en quelques étapes simples.

  1. Il faut nettoyer la surface avec une solution d’alcool à 95 % puis activer le pistolet à colle qui prendra cinq minutes à atteindre la bonne température.
  2. Un coup de torche va enlever la poussière et l’humidité avant l’application de la colle sur laquelle des blocs réutilisables sont positionnés là où la bosse se situe. En fait, c’est tout comme l’utilisation de clés soudées sans avoir à retirer la pièce ou encore mettre la surface à nue.
  3. La peinture et le fini sont préservés et puisque la pièce n’est que légèrement chauffée lors du nettoyage le revêtement antirouille à l’arrière n’est pas affecté.
Comme avec les clés

Lorsque la colle a suffisamment séché, question de quelques minutes au plus, il ne s’agit alors que de tirer avec le même type de barre utilisé avec les clés soudées. Une fois la surface remise dans la condition souhaitée, on peut dissoudre la colle avec la même solution d’alcool que lors du nettoyage. Les blocs peuvent être réutilisés une fois bien nettoyés.

« Cette technique offre plusieurs avantages, souligne M. Aoun, principalement celui de ne pas toucher au revêtement de la pièce. Habituellement, il n’est pas nécessaire de la démonter.

« Avec la variété de blocs disponibles, le technicien peut réparer bien plus que les impacts de grêlons. Puisqu’on ne touche pas au revêtement d’origine, il est aussi beaucoup plus facile de déceler les bosses et de les corriger. »

Cette photo, prise avant la pandémie, illustre l’importance de la formation et de mettre la technique à l’épreuve en atelier pour Camauto Pro. PHOTO Camauto Pro

Tout comme les représentants des grands réseaux de carrosserie, M. Aoun insiste sur l’importance de la formation et de l’accompagnement technique. Une démonstration est faite par un représentant de Camauto Pro auprès des ateliers intéressés et une formation d’une heure suffit à maîtriser la technique.

« L’important c’est d’intégrer cette façon de débosseler dans les opérations courantes, insiste Charles Aoun. Plus les techniciens vont l’utiliser et l’appliquer à différentes situations, et plus efficaces ils deviendront. »

Il souligne que le fournisseur ProSpot offre aussi une solution fort similaire de débosselage par colle. Comme l’indique la compagnie, cette approche est d’autant plus intéressante qu’elle peut être utilisée sur toutes les surfaces, qu’elles soient d’acier ou d’aluminium. Elle offre aussi un haut niveau de précision.

Pour les pièces structurelles

Le fournisseur Spanesi of Americas va plus loin. Son système PULL UP ! lancé il y a un peu plus de deux ans permet non seulement de réparer les bosses en surface, mais offre suffisamment de force pour tirer des pièces structurales.

Le principe demeure le même : de la colle est appliquée sur la surface nettoyée, des accessoires y sont apposés et une fois la colle sèche, il ne s’agit que de tirer.

« Notre système PULL UP ! est conçu pour être l’approche la moins intrusive pour réparer les dommages cosmétiques et structuraux sur les véhicules, explique Karl Kirschenman, directeur des communications corporatives et de la technologie chez Spanesi.

« La colle est suffisamment flexible pour retirer les plus petites zones de dommages, mais peut aussi soutenir cinq tonnes de traction pour le redressement structurel. »

Comme l’indique cette démonstration de Spanesi, la réparation se fait sans autre préparation de la surface qu’un rigoureux nettoyage. PHOTO Spanesi Americas

Ce système élimine le besoin d’utiliser la chaleur lors de la réparation et surtout le besoin de souder des clés sur la surface. Inutile, avec cette approche, de retirer le revêtement de la surface.

« Cela signifie que la surface reste intacte après la majorité des réparations », précise M. Kirschenman.

Le fait de ne pas chauffer la pièce ou d’y souder des clés ne compromet pas la solidité du métal qui la compose, ni l’arrière du panneau, qui est souvent couvert d’une protection contre la corrosion. La pièce peut souvent être réparée sans être démontée, un autre facteur qui accélère l’opération.

La technologie du PULL UP! se démarque par sa capacité à soutenir la traction nécessaire au redressement de pièces structurelles. PHOTO Spanesi Americas

Formation essentielle

De plus, le système PULL UP ! se démarque par sa capacité d’effectuer des réparations sur des pièces structurales « même si le constructeur peut recommander le remplacement au lieu de la réparation sur certaines de ces pièces ».

Évidemment, souligne M. Kirschenman, si le constructeur demande à ce que la pièce structurale soit remplacée, il faut le faire. Mais si la pièce peut être réparée, le système PULL UP! permet de compléter la réparation.

Selon M. Kirschenman, la formation est essentielle à la bonne maîtrise de cette technique. Quelques heures suffisent à en apprivoiser les concepts, mais c’est surtout à l’intégrant aux processus réguliers de réparation que l’atelier en tirera les pleins avantages.

 

Catégories : Carrosserie, Éditorial
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X