fbpx

Au coeur des solutions

Autosphere » Carrosserie » Au coeur des solutions

En matière de métier, de formation et de relève, la perception et le rôle de ce carrossier très actif méritent que l’on s’y arrête. Nous donnons la parole à Robin Morissette.

L’un des enjeux majeurs auquel on doit s’attarder est celui de la promotion du métier auprès des écoles secondaires, puisque c’est là que se trouve le meilleur bassin de candidats aptes à former notre relève, dit-il.L’une des façons de le faire est notamment d’encourager en priorité l’offre de programmes substantiels d’alternance travail-études pour les intégrer dans nos ateliers, et d’y participer pleinement.

Or, ce type de partenariat entre nous et nos écoles ne peut se faire que par un organisme commun qui dispose des ressources nécessaires à l’encourager et à l’appliquer au mieux de nos intérêts professionnels, souligne-t-il.

Formation de base

Ayant par ailleurs discuté de l’actuel programme de DEP en carrosserie avec un enseignant, celui-ci m’a parlé de sa désuétude – notamment le volet de la soudure au gaz – et de la baisse marquée d’inscriptions, partout au Québec.

Or, au printemps, j’ai eu la chance de participer à une table ronde de deux jours avec les gens du ministère de l’Éducation, en compagnie d’une brochette représentative de tous les secteurs du métier. On y retrouvait tant des carrossiers spécialisés en réparation d’automobiles, de poids lourds et de véhicules récréatifs que des gens du monde de l’enseignement, poursuit-il.

Nous y avons tous fait part de nos préoccupations en matière de relève, comme des éléments essentiels qui devraient composer le nouveau programme de DEP, dont l’entrée en vigueur devrait se faire en 2020.

Intégration des jeunes

À la lueur des propos tenus par les gens du ministère et de ses consultants, j’ai espoir pour l’avenir et pour quiconque entrera dans la danse pour nous assurer d’une relève bien préparée.

La nouvelle approche du ministère ira d’ailleurs de pair avec une intégration dans les ateliers dès les premiers mois de formation, à l’exemple de ce qu’applique le CFP de Verdun par son nouveau programme d’alternance travail-études. Cette formule permettra aux élèves de se familiariser avec leur futur environnement de travail, de découvrir les phases du cycle de production et d’opter pour la spécialité qui les intéressera.

Reconnaissance du métier

Enfin, ma vision de l’industrie me porte à croire que la seule façon d’obtenir un jour la reconnaissance du métier est d’être tous solidaires et de se regrouper au sein d’un organisme tel la CCPQ.Ayant les mêmes préoccupations face aux nouvelles réalités, j’ai la profonde conviction que c’est la seule option qui nous conférera à tous égards un véritable pouvoir, ainsi qu’une puissante capacité décisionnelle, conclut-il.

Catégories : Carrosserie
Le groupe ALBI le Géant intègre Volvo
Cinq nouveaux ateliers se joignent à CARSTAR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X