fbpx

CARSTAR Beauceville : Bon sens et performance

À 80 km au sud-est du Saint-Laurent, en plein pays des Abénakis, l’atelier des frères Bolduc est de fibre toute québécoise.

Il y a 18 ans, Jimmy Bolduc et son père, Yvan, deux carrossiers originaires de Saint-Victor dans les Appalaches, réalisaient leur rêve en s’installant à Beauceville. Beaucerons, on ne s’étonne pas qu’ils aient la bosse de la technique aussi bien que celle des affaires, et que gros bon sens et performance soient de la partie.

Depuis les années 1940

Nés à Saint-Victor dans une famille de professionnels de l’automobile, ils perpétuent une tradition que leur grand-père Paul-Émile et leur grand-oncle Valère avaient lancée il y quelque 75 ans.

Il ne faut surtout pas se méprendre sur le métier de Paul-Émile qui, après avoir été formé à Montréal en carrosserie, a été le premier débosseleur professionnel de la région. C’est, à l’exemple de son père Yvan, de son habileté et de sa « dépendance » à la carrosserie dont Jimmy a hérité, lesquelles les ont amenés en 1998 à réaliser leur rêve.

CARSTAR Beauceville : Bon sens et performance

L’atelier CARSTAR Beauceville

Carrosserie et mécanique

Ils ont alors profité de l’occasion en or que leur offrait la relocalisation de l’ancienne imprimerie de Beauceville pour s’y installer à leur façon, et faire d’une pierre trois coups par la venue de Dave en 2004.

Au coeur de la Beauce, on s’en remet à eux pour trois spécialités : la réparation de carrosserie, la mécanique générale et de performance en matière de moteurs Subaru, et l’achat de véhicules reconstruits. Vu l’expertise de Dave en diagnostic et systèmes électroniques, Jimmy sait combien faire équipe avec son frère est précieux, puisqu’il ne peut concevoir que carrosserie et mécanique fassent encore bande à part.

Savoir être à jour

Sous l’aspect des systèmes électroniques, il a d’ailleurs le même souci de renouveler son équipement de diagnostic que de mettre à jour celui de la carrosserie et d’y faire les ajouts qui s’imposent. À preuve, l’outillage AMH réservé à la réparation de l’aluminium, cette cabine Laflamme dernier cri, des produits québécois qu’il a acquis en 2015 et à l’été 2016, et une soudeuse ProSpot.

Tout équipé qu’il soit, il sait à 40 ans et par tradition qu’on n’en tire toutefois le plein rendement qu’en ayant un savoir qu’on n’acquiert que par une formation adéquate et le partage des connaissances.

Partage du savoir

« La formation continue est ma priorité absolue », soutient Jimmy, qui veille notamment à ce que son personnel bénéficie de tous les cours I-CAR tenus à Québec et à Lévis, comme de ceux des fournisseurs.

« Plus on en apprend sur les procédures et les avantages des produits et de l’équipement et plus on partage entre nous ce qu’on sait, plus il est facile et rapide d’exécuter les tâches les plus complexes.

« Ce qui nous caractérise, d’ailleurs, c’est le fait que chacun profite des secrets comme des bonnes découvertes de tous, de façon à ce que tout soit fait de la même manière. »

À l’affût du meilleur

« Si moi ou un employé constatons qu’un équipement ou un produit est plus efficace qu’un autre et qu’il permet de gagner du temps, je l’adopte tout de suite, ou dès que possible.

« Le plus récent exemple en ce sens est l’installation d’un système d’éclairage de type T5 dont le coût, 4000 $, n’est que peu par rapport à ce qu’on y gagne en productivité. Quant à notre façon de reconnaître l’engagement et l’apport des employés, Dave et moi avons convenu de leur remettre une prime deux fois par année. »

Certifications en vue

« Comme nous faisons partie du réseau CARSTAR depuis 2011 et que nous avons maintenant la certification Clé Verte, nous envisageons de renforcer davantage notre position. « Les prochaines étapes devraient être l’obtention de la certification I-CAR Or, notre association à un second réseau de confiance, et la certification d’un constructeur », affirme-t-il.

Catégories : Carrosserie
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X