fbpx

Le marché secondaire automobile doit se faire plus attirant

Autosphere » Mécanique » Le marché secondaire automobile doit se faire plus attirant
Élisabeth Lambert est vice-présidente de Pièces d’Auto Joliette et présidente de la division du Québec de l’AIA Canada. Photo AIA Canada Québec

La question du manque de personnel revient constamment dans nos discussions avec les représentants des entreprises du secteur automobile ici au Québec comme d’ailleurs partout au Canada.

Il faut que nos ateliers, distributeurs et magasins de pièces demeurent aux aguets. Les comités paritaires sont à revoir, au moment d’écrire ces lignes, les décrets qui encadrent le taux horaire des techniciens qualifiés. L’exercice ne devrait pas révéler de grandes surprises puisque le marché connaît depuis longtemps une pression à la hausse.

Nous savons que notre industrie enregistre plus de départs à la retraite qu’elle ne compte d’arrivées de nouveaux travailleurs. Dans un contexte où il y a moins de main-d’œuvre disponible, les gestionnaires du secteur de l’entretien et de la réparation automobile doivent innover et se faire plus attirants.

Le défi des PME

Évidemment, notre domaine repose en grande partie sur de petites et moyennes entreprises, surtout pour le volet prestation de services. Difficile pour elles d’offrir des conditions de grandes entreprises. Toutefois, leur taille peut être un avantage dans le sens où elles sont plus flexibles et surtout, peuvent miser sur la proximité avec les employés comme facteur démarquant.

Nous sommes régulièrement présents dans les écoles pour mousser l’industrie auprès de la génération montante. Ce que veulent ces ressources potentielles pour nos entreprises ce sont des conditions intéressantes; salaire, avantages sociaux, flexibilité des horaires et reconnaissance, mais surtout un plan de carrière.

Faire briller l’industrie c’est de montrer à ces jeunes toute l’étendue des possibilités qu’elle offre.

Gérer le taux horaire

Ceux qui avancent que la bonification des conditions se traduit par une pression sur la profitabilité doivent comprendre qu’ils sont en contrôle d’un des plus importants postes de revenus de leurs entreprises, celui du taux horaire chargé aux consommateurs.

La stratégie des ateliers du secteur de l’entretien et de la réparation automobile a toujours été d’offrir des services professionnels et de qualité à meilleurs coûts que ceux des concessionnaires. Certes, mais je réponds à cette observation légitime qu’il y a une marge et que les consommateurs comprennent qu’avec les avancées technologiques de l’automobile il faut du personnel qualifié et équipé pour s’occuper de leurs voitures.

De plus, trouver des employés et les conserver repose aussi sur de petits gestes, accessibles à toutes les tailles d’entreprises, axés sur l’écoute et l’esprit de proximité.

Mathieu Côté, directeur général de Pièces d’auto Alain Côté illustre bien cette approche. « Oui, il faut être compétitif avec nos conditions de travail dans le marché. Cependant, mettons aussi des efforts sur nos employés actuels. Ils doivent sentir qu’ils ont un impact sur l’entreprise et ne jamais hésiter à leur dire merci. La réalité est que nos employés sont nos promoteurs et que s’ils aiment leur milieu de travail, ils vont attirer de nouveaux travailleurs en plus de solidifier leur propre engagement. Nous voyons que les ateliers et magasins se font de plus en plus créatifs à ce propos et c’est une excellente nouvelle pour notre secteur. »

 

EMPLOIS

 
Honda de Saint Jean
Spécialiste en financement - directeur.rice commercial.e
 
  SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU
  Permanent
 
 
Honda de Saint Jean
Mécanicien.ne
 
  SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU
  Permanent
 
 
Drummondville Volkswagen
Conseiller (ère) - neuf & occasion
 
  DRUMMONDVILLE
  Temps plein
 
 
Action Grenier Autogroupe
Conseiller.ère technique
 
  BOUCHERVILLE
  Temps plein
 
 
Mazda de Boucherville
Conseiller.ère technique
 
  BOUCHERVILLE
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES