fbpx

Les questions à poser pour un achat adéquat

Autosphere » Pneus » Les questions à poser pour un achat adéquat

À l’aube de la saison froide, plusieurs consommateurs envisagent déjà de changer les pneus de leur véhicule pour rouler en toute sécurité.

Devant la panoplie offerte par l’industrie, la majorité s’en remettra à l’expertise effectuée par le conseiller lors de la séance de magasinage.

Dites-moi ce que vous conduisez …

Trouver les pneus idéaux pour sa voiture relève parfois du casse-tête. Certes, du plus en plus de sites Web offrent l’information nécessaire pour aiguiller le consommateur dans son choix, mais comment être parfaitement convaincu que le pneumatique ciblé au préalable corresponde à nos exigences et aux spécifications de notre véhicule ? Eh bien, en s’en remettant aux connaissances du technicien, qui saura récolter les informations appropriées. Selon Luc St-Amour, propriétaire de l’atelier AUTOPRO Vimont, à Laval, trois questions restent incontournables.

« Connaître le type de véhicule que le client conduit constitue l’élément essentiel de départ. »

À partir de cette donnée, le conseiller sera en mesure de relever la cote de vitesse et la cote de charge du véhicule, deux facteurs qui influenceront la longévité du pneumatique.

« La vitesse et le poids du véhicule jouent un rôle important dans la sélection, poursuit M. St-Amour. Par exemple, un véhicule trop lourd pour la capacité du pneu lui imposera une torsion, entraînant du même coup une usure prématurée. »

Donc, la taille du pneumatique recommandée par le fabricant ne révèle pas tout, puisque pour quatre modèles de pneus de seize pouces donnés, chacun peut afficher une cote de charge différente. En deuxième lieu, le conseiller cherchera à connaître les intentions futures de son client concernant sa relation avec sa voiture.

« Si le client souhaite conserver son véhicule sur une longue période, il comprendra que pour sa sécurité, l’investissement en vaut la peine. Ce qui n’empêche pas le propriétaire de récupérer sur la valeur investie lors de la revente de l’automobile. »

Enfin, monsieur St-Amour mentionne que le terrain de jeu du client, la nature du secteur qu’il sillonne lui dévoilera l’ultime indice dans le processus de sélection. On a beau dire que l’hiver québécois nous en fait voir de toutes les couleurs, ses sautes d’humeur varient selon les régions.

« L’aspect géographique entre en ligne de compte. Dans le nord de la province, on parle davantage de neige que de glace. Il y a moins de redoux puisque l’hiver s’installe généralement pour y rester. »

Quant à savoir si le tempérament du client importe dans la démarche, l’entrepreneur conclut en précisant que la témérité des conducteurs devrait en principe tiédir avec la froidure. Voilà qui devrait nous rassurer.

Pour un choix intelligent

Dans un autre ordre d’idées, Jean-Denis Quenneville, propriétaire de OK Pneus Hamel et OK Pneus Lebourgneuf, rappelle que pour 99 % des automobilistes, un achat de pneus n’a rien d’excitant. Pire, il occasionne, aux yeux d’une foule de consommateurs, une lourde dépense peu ou pas prévue. C’est pourquoi il devient essentiel de rassurer le client qui se présente en atelier.

« Nous devons mettre l’accent avant tout sur la sécurité. Considérant toutes les technologies offertes par les manufacturiers comme les systèmes anti-patinage, la traction intégrale ou la conduite autonome, le choix final du client influencera l’expérience de conduite. C’est donc à nous de le guider vers un achat intelligent et adapté à ses besoins. »

Pour ce faire, l’expert doit d’abord écouter plus qu’il ne parle. À la lumière des réponses obtenues, il réduira les possibilités pour ne conserver que le ou les pneumatiques adéquats. Le client se montrera donc transparent et généreux en informations.

« Nous voulons connaître son kilométrage annuel et savoir combien de temps il souhaite garder son véhicule. Conduit-il sur de courtes ou de longues distances ? En ville, en campagne ou sur l’autoroute ? Travaille-t-il de nuit, alors que bien souvent, les artères ne sont pas immédiatement déneigées lors d’une tempête ? Tous ces éléments comptent. »

Le O.K. final …

Par ailleurs, monsieur Quenneville mentionne qu’Internet, en divulguant aux consommateurs les caractéristiques d’une multitude de pneus, prépare déjà le terrain pour la conversation. Les clients assimilent le lexique qui sera employé et se pointent en atelier mieux informés, quoique parfois, ils ne repartent pas avec leur sélection initiale.

« Ils peuvent nous demander d’installer sur leur voiture le pneu affichant la meilleure cote sur le marché, s’il ne correspond pas à leurs besoins, ça ne sert à rien. Mon but et celui de mon équipe, c’est de revoir, trois ou quatre ans plus tard, les mêmes clients parce que leur expérience d’achat les a comblés. »

C’est pourquoi, peu importe l’étape où le consommateur en est dans son processus d’achat de pneus d’hiver, il demeure impératif de valider son choix auprès d’un expert-conseiller.

« Absolument! », confirme Jean-Denis Quenneville.

Catégories : Pneus

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X