fbpx

Miser sur la formation des employés

Autosphere » Parc » Miser sur la formation des employés

Qui doit assumer la faute en cas d’accident responsable impliquant un véhicule de parc ? Pour plusieurs, tout dépend de la situation et de la gravité de l’évènement.

Vidéotron dispose de 900 camions en service à travers le Québec, en plus de ses 150 remorques. En entretien avec CamAuto, Stéphane Labrecque, gestionnaire principal du parc de véhicules, relève que 335 « évènements » au volant impliquant un employé de l’entreprise sont survenus en 2017, dont 274 responsables. Il nuance que ces incidents sont mineurs, en grande majorité.

Selon la nature de l’accident, le conducteur peut recevoir une sanction, mais ne paie pas pour les réparations, en cas de dommages. Ce sont les assurances de la compagnie qui assument tout. M. Labrecque spécifie que Vidéotron préconise peu l’approche punitive, elle préfère d’abord miser sur la prévention.

Des employés formés

Ces formations pratiques sont offertes aux employés dès leur arrivée. Si le conducteur est jugé « à risque », on lui fournit un cours de conduite supplémentaire. L’entreprise travaille également à la mise en place d’un protocole d’impunité afin d’encourager le personnel à faire part de la situation rapidement à un supérieur, en cas d’incident sur la route. Si l’évènement est rapporté dans un délai raisonnable, aucune mesure disciplinaire ne sera déployée, à moins d’un cas grave.

« C’est plutôt rare qu’on sanctionne. On peut le faire si on réalise que la personne a transgressé le code de la sécurité routière, par exemple. »

À qui la faute

Les mesures disciplinaires peuvent aller de la lettre d’avertissement à la suspension, selon le contexte. La décision revient souvent au supérieur immédiat de la personne fautive. Avant d’agir, toutefois, on prend le temps nécessaire pour analyser la situation.

En cas d’accrochage, par exemple, l’employé sera rencontré et une enquête sera faite pour déterminer dans quelles conditions est survenu l’évènement. Est-ce qu’il y a eu des blessés ? Est-ce que la chaussée était glissante ? Est-ce que l’accident est attribuable aux pneus qui doivent être changés ? Quelles étaient les conditions météorologiques ? Est-ce que la vitesse ou la consommation sont en cause ?

« Lors d’un accident responsable, le conducteur n’est pas nécessairement fautif à 100 %. Peut-être que son gestionnaire immédiat doit prendre une partie du blâme aussi, advenant qu’il ait pris la décision d’envoyer son employé chez un client en pleine tempête. »

Bons dossiers de conduite dès l’embauche

Chez Cogeco, on affirme que le taux d’accidents est très bas, car plusieurs mesures sont prises pour en minimiser la possibilité. L’entreprise a même mis en place de nouvelles règles impliquant les aptitudes de conduite, lorsqu’elle embauche de l’extérieur. Le dossier du candidat est analysé avec l’assureur qui évalue le risque. Selon les barèmes établis, s’il ne répond pas aux exigences, il n’est pas engagé, et ce, même s’il présente toutes les compétences requises pour le poste.

Alain Lahaie, directeur adjoint, parc de véhicules, chiffre à 80 le nombre d’accidents comptabilisés dans la dernière année à travers le Canada, dont 50 % sont jugés inévitables, par exemple parce qu’un autre automobiliste est en faute ou parce que le conducteur n’a pas pu éviter un chevreuil.

Quant aux 50 % jugés évitables, la plupart se sont produits dans un stationnement ou dans des espaces étroits. L’entreprise compte environ 600 véhicules au pays et 3000 conducteurs inscrits.

« Souvent, ce sont de petites égratignures. On offre des formations régulièrement et des cours pour limiter ce genre de situation, le plus possible. Comme on engage beaucoup de journalistes appelés à se déplacer rapidement sur les lieux d’un évènement, ceux-ci doivent démontrer de bonnes aptitudes de conduite. »

Lorsqu’un incident survient, un rapport d’accident est produit, suivi d’un rapport du département de santé et de sécurité. Si le cas est jugé majeur, l’employé est rencontré.

« Généralement, quand ça arrive, le conducteur est soumis à des formations plus pointues. En 16 ans, je n’ai vu qu’une personne perdre son emploi. Mais la faute doit être grave. »

Catégories : Parc

EMPLOIS

 
Globocam
Superviseur.e, centre d'appels
 
  MONTRÉAL
  Temps plein
 
 
Magog Honda
Directeur.rice commercial.e
 
  MAGOG
  Temps plein
 
 
Olivier Hyundai St-Basile
Conseiller.ère en vente - véhicules neufs et d'occasion
 
  ST-BASILE-LE-GRAND
  Temps plein
 
 
Morand Ford Lincoln Ltee
Préposé.e à l'esthétique
 
  SAINTE-CATHERINE
  Permanent
 
 
Joliette Mitsubishi
Commis comptable
 
  NOTRE-DAME-DES-PRAIRIES
  Temps partiel
 

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mars

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES

avril

04avr(avr 4)4:00 pm05(avr 5)10:30 pmAccessoires d’auto Leblanc Expo Vente 2023

12avr12:00 pm1:00 pmCCPQ & R - Gestion d’atelier – rentabilité

21avrToute la journée23Montréal 6e salon du véhicule électrique et hydride rechargeable

24avr(avr 24)8:30 am26(avr 26)5:30 pmInstitut NAFA et Expo 2023