fbpx

Les Canadiens et les animaux sur la route

Autosphere » Parc » Les Canadiens et les animaux sur la route

Une étude de la firme State Farm Canada dévoile des statistiques probantes sur la difficulté des conducteurs canadiens à faire face à un animal sauvage sur la route.

L’étude révèle qu’un conducteur sur trois n’est pas sûr à 100 % qu’il saurait éviter un animal sur la route.

En outre, on y apprend que :

  • Plus de 80 % des répondants croient qu’une meilleure formation est nécessaire pour la prévention des collisions avec les animaux.
  • 66 % auraient tendance à freiner à la rencontre d’un animal sur la route.
  • 55 % lèveraient le pied de l’accélérateur en apercevant un chevreuil sur la voie.
  • Plus d’un tiers klaxonneraient.
  • Le quart des répondants donneraient un coup de volant pour essayer d’éviter l’animal.

Des heures et des mois plus favorables que d’autres

Toujours selon l’étude, le risque le plus élevé de collisions avec les animaux sauvages serait au crépuscule et à l’aube, aux mois d’octobre et de novembre, sur les routes de campagne à deux voies dont la limite de vitesse est de 80 km/h ou plus. De plus, la réclamation d’assurance pour les dommages suite à une collision avec un animal s’élève en moyenne à 4500 $.

Les spécialistes de la Fondation de recherche sur les blessures de la route au Canada (FRBR), qui oeuvre en partenariat avec State Farm, ont conçu un centre d’information en ligne sur la toile (en anglais seulement). Le portail propose également une page consacrée aux mythes et perceptions erronées sur les risques de collision avec un animal sauvage.

D’autres chiffres 

  • Plus de 25 % des répondants au sondage ont déjà heurté un petit animal sur la route.
  • Plus de 25 % ont déjà heurté ou failli heurter un gros animal.
  • Plus de 80 % ralentissent lorsqu’ils aperçoivent un panneau indiquant la présence d’animaux sur la route.
Catégories : Parc

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X