fbpx

Le droit à la réparation

Autosphere » Mécanique » Le droit à la réparation

L’AIA Canada présente le nouveau programme PASA, fondé sur la force du nombre face aux contraintes imposées par les constructeurs.

Un autre défi important qui doit être relevé par les dirigeants de l’industrie reste le dossier de l’accès à l’information pour nos techniciens.

Après des années de dur labeur, l’AIA Canada et d’autres intervenants ont réussi à signer en 2009 l’accord historique sur le droit à la réparation des véhicules, connu sous le nom de CASIS (Canadian Automotive Service Information Standard).

Cet accord non contraignant offrirait désormais aux ateliers indépendants l’information nécessaire à l’entretien des véhicules par l’entremise d’un site Web. Soulignons que cet accord ne tient pas lieu de loi telle qu’elle existe aux États-Unis (Right to Repair Act), de sorte que depuis son entrée en vigueur, certains fabricants ont toujours l’option de donner l’information ou non, ou simplement d’imposer un tarif d’utilisation.

Le droit de savoir

Dans cette optique, le chemin à parcourir pour résoudre les problèmes de diagnostics est tracé par les constructeurs. Ceux-ci possèdent les droits exclusifs de leur propre marque.

Les frais d’accès à l’information fixés par les constructeurs étant à la charge des ateliers, il en résulte une hausse des coûts de production pour chaque technicien, ce qui se reflète sur la facture du client.

Le marché secondaire étant à la merci du constructeur, il arrive souvent que la solution au problème ne soit pas disponible. N’ayant pas la possibilité de régler les problèmes, nos ateliers doivent donc diriger leurs clients vers les concessionnaires qui, eux, ont accès aux solutions. Il appartient à l’AIA Canada, aux comités sectoriels et aux autres organismes représentatifs de l’industrie de négocier des ententes avec les constructeurs afin d’assurer la survie du marché secondaire.

À ce titre, les grands diffuseurs de catalogues électroniques comme Mitchell et ALLDATA ont peine à suivre le rythme de l’introduction des nouvelles technologies des ordinateurs de bord. Il en résulte un impact majeur ayant pour effet de diriger le consommateur chez le concessionnaire pour s’assurer que son véhicule roule en bon état.

Le PASA

Afin d’aider les garagistes à relever ces défis, l’AIA Canada vient d’introduire un nouveau programme, le PASA (Programme des associés en services automobiles). Vous pouvez vous y inscrire pour 179 $.

Ce programme offre aux professionnels en service une perspective générale des tendances critiques en matière de technologie des véhicules.

D’autres volets du programme vous informent sur les résultats des recherches, sur les indices de rendement des ateliers, sur les plus récentes ressources en formation, et incluent des renseignements qui vous aideront à embaucher le meilleur personnel.

Une première

Le lancement de ce programme d’associés constitue une première pour l’AIA Canada. L’une des missions du PASA est de créer une association d’ateliers représentative afin de faire pression auprès des instances gouvernementales et d’exiger, entre autres, que les techniciens du marché secondaire puissent obtenir les informations essentielles de la part des constructeurs afin de pouvoir effectuer la réparation de tous les véhicules.

Grâce à la force du nombre et à l’appui du personnel de l’AIA, le programme PASA pourrait s’avérer un des meilleurs outils pour assurer la survie du marché secondaire canadien.

Catégories : Mécanique

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X