fbpx

Diagnostic mécanique au NACE Automechanika

Autosphere » Mécanique » Diagnostic mécanique au NACE Automechanika

Le diagnostic électronique en mécanique automobile est un incontournable. Pas étonnant que plusieurs ateliers et démonstrations au NACE Automechanika abordaient cette question.

Le NACE Automechanika qui se déroule du 26 au 29 juillet à Chicago présentait plusieurs ateliers destinés aux techniciens et gérants d’ateliers de mécanique. Un atelier comme celui animé par le spécialiste G. Jerry Truglia et commandité par NAPA, expliquait les rouages du diagnostic mais aussi de la reprogrammation des modules par l’utilisation d’un analyseur J2534.

Son approche était intéressante puisqu’il expliquait toutes les étapes nécessaires pour se rendre à la bonne information en accédant aux sites des constructeurs. Illustrant ses propos de cas concrets il a ainsi démontré l’importance d’utiliser cette approche pour un bon diagnostic mais aussi pour mettre à jour les modules.

« Un client avait un problème avec son odomètre, a-t-il expliqué aux participants. Il ne m’a fallu qu’une reprogramation rapide d’un module pour solutionner le problème qui était un irritant majeur pour lui. Je l’ai facturé pour le travail et ce nouveau client était impressionné par mes capacités techniques. Il m’a par la suite confié l’entretien régulier de sa voiture. »

Combinant les volets mécanique et de la carrosserie ce salon avait une zone réservée à l’analyse des modules ouverte à l’ensemble des visiteurs, la Scan-a-Palooza. Entre autres intervenants, le spécialiste Mike Anderson, reconnu comme un expert dans le domaine de la carrosserie, y présentait son approche de diagnostic qui n’était pas sans intérêt pour les mécaniciens, puisque l’approche est fondamentalement la même.

Justin Klug, qui travaille pour le système OnStar de GM, a expliqué comment une voiture pourrait offrir son propre diagnostic aux techniciens.

Une voiture qui parle

Lors des présentations destinées aux propriétaires de plusieurs ateliers (MSO), Justin Klug, de OnStar de GM est venu prononcer quelques mots très rapides aux participants. Il a expliqué qu’avait le développement de la connectivité des voitures, il ne serait pas impossible pour une voiture accidentée ou ayant besoin d’une mise à jour ou d’une reprogrammation, de diffuser l’information directement à l’atelier. Ainsi, au lieu de devoir franchir plusieurs étapes, parfois complexes, avant d’accéder aux données d’une voiture, le technicien pourrait cueillir l’information directement sur sa tablette.

Mais M. Klug s’est empressé de souligner que tout cela était à l’étude, et que cette notion de transmission de données à des tiers triés sur le volet n’était pas dans les plans immédiats de GM. Mais la technologie OnStar serait en mesure de le permettre.

Entretemps une compagnie comme Mitchell 1, qui travaille étroitement avec les outils de diagnostic de SnapOn, met toute son énergie à faciliter le travail des techniciens quand il est temps de parler diagnostic électronique.

Accompagner le technicien

Pour Tim McDonnell de Mitchell 1, l’objectif est de rendre la vie le plus facile possible aux techniciens lors des opérations de diagnostic électronique.

À son kiosque, Tim McDonnell expliquait les dernières évolutions des plateformes des solutions offertes par sa compagnie. Ce qui est particulièrement intéressant c’est la bonification du complément d’information disponible par le truchement de la communauté SureTrack. « Ainsi, les techniciens peuvent obtenir les informations sur les codes et processus de solution des constructeurs, mais aussi valider cette information en consultant notre vaste bassin validé de cas concrets solutionnés en atelier par des techniciens. »

Bref l’accès aux données des constructeurs pour diagnostiquer et réparer les voitures modernes reste au cœur des préoccupations des ateliers de mécanique, même ici au centre des États-Unis.

Catégories : Mécanique

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X