fbpx

Actualité : Rapport de l’AIA

L’Association des industries de l’automobile (AIA) vient de publier un premier rapport présentant l’impact qu’auront les nouvelles technologies sur le marché secondaire. 

Cette étude intitulée Le contexte en mutation de l’automobile : une introduction se veut, comme son titre l’indique, un premier pas structuré vers une meilleure compréhension des enjeux soulevés par le déferlement des nouvelles technologies dans le secteur automobile.

Ce rapport s’insère dans un plus vaste projet prévu pour l’année qui vient, dans le cadre duquel l’AIA approfondira ce que ces avancées signifient pour le marché secondaire de l’automobile, en plus d’examiner les meilleures stratégies à adopter par ses entreprises dans ce contexte changeant.

Mentionnons que l’AIA Canada s’est associée au Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC) pour réaliser ce rapport.

« Il s’agit d’une première étape, tient à souligner Jean-François Champagne, président de l’AIA Canada en entrevue avec Le Garagiste. Nous allons pousser davantage notre programme de recherche pour bien cibler les perturbateurs. Nous effectuons cette démarche dans l’intérêt du marché secondaire, afin d’identifier avec ses intervenants les défis qui se présentent à nous. Il faut savoir exactement ce qui se passe sur le terrain. Nous voyons aussi dans cette enquête une base pour établir des recommandations aux divers paliers de gouvernement. Pour nos membres, les conclusions se veulent un appel à l’action. »

Mais quels sont ces agents perturbateurs ? Le rapport en identifie plusieurs : la télématique, les véhicules autonomes, les véhicules électriques (VÉ) et la fabrication additive (impression 3D) représentent les trois principaux perturbateurs de l’industrie.

Un regard sur la formation
Ce premier rapport constate également que le marché du travail met du temps à s’adapter aux compétences requises découlant de ces changements technologiques. Il précise que l’industrie requiert plus de compétences en matière de STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) et de compétences numériques pour ces mêmes raisons.

Le rapport conclut sur ce volet en disant que « les innovations technologiques se répercuteront négativement ou positivement sur le marché secondaire selon la façon dont les gestionnaires tireront parti des possibilités qu’elles présentent.

Pour Jean-François Champagne, ce premier rapport se veut un point de départ. Par exemple, les données seront enrichies par des tables rondes qui permettront ensuite d’établir les meilleures stratégies à adopter par les entreprises.

« Nous voulons savoir jusqu’à quel point l’industrie est consciente de l’impact qu’aura le déploiement de ces technologies, reprend-il. Et nous souhaitons en arriver à des pistes de solutions concrètes pour s’assurer que le marché secondaire sera en mesure de tirer son épingle du jeu. »

Catégories : Mécanique

Bottin 2020

Bottin 2020 Button

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X