fbpx

Les portefeuilles se tournent vers le Web

Autosphere » Concessionnaires » Les portefeuilles se tournent vers le Web

Ce n’est pas d’hier que la publicité et le marketing préoccupent les entrepreneurs désireux de consolider leur position sur le marché.

À ce propos, les bouleversements qu’entraîne l’univers numérique forcent les concessionnaires à réserver une part importante de leur budget pour ce média dont les retombées sont impressionnantes.

Une pente ascendante

Il fut un temps où la radio, la télévision et les journaux représentaient des messagers incontournables pour faire connaître une entreprise auprès des consommateurs. Si bien que l’entièreté du contenu des goussets leur était consacrée. En 2017, l’évolution du numérique change la donne. Tous les marchés, du plus restreint au plus effervescent, entrent dans la danse en sachant sciemment que la démarche touchera la clientèle ciblée. Le phénomène ne semble pas s’essouffler, bien au contraire.

Étienne Harvey, copropriétaire de Volkswagen Rimouski (Photo : Volkswagen Rimouski)

« En fait, notre budget consacré au numérique n’a cessé d’augmenter ces dix dernières années. Il représente maintenant près de la moitié de nos ressources investies en publicité », précise Étienne Harvey, copropriétaire de Volkswagen Rimouski.

Conséquemment, et parce que les dédales informatiques se compliquent au fil de leur développement, certains s’en remettent à des spécialistes pour mieux rentabiliser cette fenêtre publicitaire.

« Nous confions ce dossier à un expert en communication qui tient compte de nos intérêts. Grâce à chacune de nos rencontres hebdomadaires, il connaît nos priorités et sait précisément où investir ses efforts pour capter l’oeil des internautes. »

Selon notre intervenant, il ne fait aucun doute, statistiques à l’appui, que la rentabilité de la concession passe par ce média, lequel invite le client à analyser et à revoir au besoin, en toute quiétude et dans le confort de son foyer, les diverses étapes du processus d’achat.

« Les chiffres révèlent que le consommateur peut passer près d’une dizaine d’heures sur le Web pour s’informer et simuler des transactions, alors qu’il en passe une ou deux en concession. À nous de profiter de ce phénomène », conclut M. Harvey.

Du tac au tac

Parmi les nombreux avantages que procure l’utilisation du virtuel, il y a la possibilité d’échanger avec une multitude de clients, la cacophonie en moins. Une page Facebook et un compte Twitter deviennent des outils puissants pour prendre le pouls des internautes et, par extension, connaître l’image qu’ils se font de la concession. André Beauchesne, directeur des opérations fixes chez La Pérade Ford et Donnacona Ford, souligne combien la rétroaction et la diligence des réponses font foi de tout au sein de cette relation.

André Beauchesne, directeur des opérations fixes, La Pérade Ford et Donnacona Ford. (Photo : La Pérade Ford et Donnacona Ford)

« Ces suggestions ou commentaires véhiculés sur les réseaux sociaux par notre clientèle ou le consommateur en général sont non seulement très importants, ils sont aussi aussi fort utiles car nous pouvons ajuster le tir rapidement après en avoir pris connaissance. En somme, le virtuel nous permet d’être proactifs. »

Il n’est donc pas question de laisser traîner en longueur un quiproquo ou de voir planer le doute dans l’esprit du client. À l’image d’un messager qui apporte une nouvelle importante, le gestionnaire de ces pages Web est immédiatement investi d’une tâche significative, explique M. Beauchesne.

« Nous demandons au responsable des médias sociaux de rester à l’affût de toute intervention et de transmettre avec empressement les demandes et messages reçus aux personnes concernées à l’interne. Aussitôt, chacun analyse l’élément et intervient de façon professionnelle pour apporter les corrections qui s’imposent. »

Malgré la portée des publicités affichées sur les diverses plateformes numériques des deux concessions Ford, le directeur des opérations fixes estime qu’il n’est pas question de mettre tous ses oeufs dans le même panier. « Même si le numérique gagne en importance, environ le quart de notre budget de publicité y est consacré pour le moment. »

En tirer le meilleur

Évidemment, tout entrepreneur consciencieux souhaite retirer le maximum de son périple virtuel. Pour ce faire, selon son créneau, chaque média social devrait être analysé et manipulé différemment. Du moins, c’est ce qu’avance Norman John Hébert du Groupe Park Avenue.

« Afin d’obtenir un succès optimal dans cette expérience numérique, nous aimons utiliser nos ressources à l’interne, car celles-ci se trouvent directement sur le terrain. Mais nous croyons aussi qu’il est essentiel de conserver une vision externe. Donc, pour Facebook, une agence nous apporte une expertise additionnelle sur le plan de nos publicités payées. »

Norman John Hébert, vice-président au développement des affaires, Groupe Park Avenue (Photo : Groupe Park Avenue)

Questionné sur le budget propice à investir, M. Hébert n’affirme rien de catégorique, stipulant que chaque concessionnaire vit une réalité différente. Toutefois, il estime qu’il est judicieux de se servir du virtuel comme d’un moteur pour propulser une image qui reflète la philosophie de l’entreprise.

« Notre stratégie consiste aussi à publier du contenu en lien avec notre essence et nos valeurs entrepreneuriales. Ainsi, les médias sociaux nous permettent de démontrer l’ampleur de notre implication communautaire, ce qui est généralement très bien perçu. »

Pour conclure, le vice-président du développement des affaires chez Groupe Park Avenue avoue que devant la progression irrésistible du numérique, il est désormais impossible de faire sans lui. À partir de ce constat, pourquoi ne pas s’associer à des gens influents auxquels les québécois s’identifient ?

« Question d’optimiser l’utilisation de ces plateformes, nous avons choisi d’établir des partenariats avec des influenceurs comme Andréanne Marquis, Louis-François Marcotte, Léa Clermont-Dion et plusieurs autres. Jusqu’à maintenant, nous pouvons affirmer que les retombées générées par cette démarche sont positives. »

Catégories : Concessionnaires

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X