fbpx

Zéro émission : l’industrie veut des changements

Autosphere » Concessionnaires » Zéro émission : l’industrie veut des changements

L’industrie automobile souhaite une revue rigoureuse et des changements aux règlements portant sur les véhicules à zéro émission (VZÉ).

Alors que le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques vient de publier les règlements découlant de la loi 104 – qui vise à augmenter le nombre de de VZÉ dans la province – les Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada et leur président, David Adams, croient que lesdits règlements causeront des distorsions dans le marché en plus de nuire aux consommateurs et aux concessionnaires.

L’industrie automobile dit avoir fourni des recommandations au gouvernement tout au long de l’élaboration de la réglementation, mais malheureusement celles-ci n’ont pas été retenues. « C’est une chose pour le gouvernement d’ignorer les conseils et les recommandations fournies par l’industrie, mais il est complètement déloyal d’avoir élaboré une réglementation encore plus rigoureuse que ce qui était initialement envisagé », a noté M. Adams. « Sans changements significatifs, suite à la période de commentaires publique, cette pièce de législation risque de ne devenir qu’une taxe supplémentaire pour les Québécois lors de l’achat de nouveaux véhicules. »

L’Association canadienne de constructeurs de véhicules, qui représente FCA, Ford et General Motors, considère pour sa part que plusieurs enjeux font en sorte que la mise en œuvre de la loi aura des conséquences négatives tant pour les consommateurs que pour les concessionnaires de véhicules neufs, particulièrement en régions rurales.

La Corporation des concessionnaires d’automobiles du Québec (CCAQ) est aussi perplexe quant au contenu de la réglementation. « Les conséquences pourraient être importantes pour les concessionnaires d’automobiles du Québec. Le réseau que nous représentons inclut de nombreux chefs d’entreprise aguerris qui investissent près de 5 milliards de dollars en terrains, en immeubles et en équipements de toutes sortes pour mettre sur pied de véritables PME québécoises et faire rouler l’économie », a déclaré Frédéric Morin, vice-président affaires juridiques, conformité et environnement à la CCAQ.

Au cours des prochains jours, elle prendra le temps d’analyser tous les aspects de la réglementation et enverra ses commentaires au ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour lui faire part de ses suggestions d’ajustements.

Pour plus de détails, consultez son document synthèse.

Catégories : Concessionnaires

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

janvier, 2022

Nos partenaires

Menu
X