fbpx

Vision de l’industrie : Nathalie Boies, Drummondville Volkswagen

Autosphere » Concessionnaires » Vision de l’industrie : Nathalie Boies, Drummondville Volkswagen

Arrivée dans le domaine automobile il y a à peine cinq ans, Nathalie Boies s’est donné pour mission de vendre des voitures différemment. Un pari qui semble s’avérer prometteur…

Dynamique est un euphémisme pour qualifier la femme d’affaires établie à Drummondville. En l’espace de trois ans, elle s’est retrouvée propriétaire de trois entreprises, elle qui était auparavant salariée !

« Mon père était propriétaire d’un commerce de véhicules d’occasion et d’une station-service de la région de Québec, relate-t-elle. Mes frères, qui sont techniciens en mécanique, ont racheté l’entreprise familiale et moi, j’ai poursuivi mes études dans le domaine des communications et du marketing. »

Elle a passé treize ans comme stratège chez Cossette Communication, où elle a entre autres rencontré son conjoint. En plus de développer des solutions marketing novatrices, ils ont eu la chance de gérer les comptes de grandes marques telles que Bell, GM, McDonald et Volkswagen Canada. Bien qu’ils aient tous deux développé un sens aigu pour le marketing, le couple demeurait attiré par l’automobile.

« Nous avions toujours voulu avoir une concession, et c’est finalement dans la ville natale de mon conjoint que l’opportunité s’est présentée. »

Propriétaire trois fois plutôt qu’une !

Nathalie Boies a quitté Cossette pour fonder Walkiri Marketing en janvier 2010. Quelques mois plus tard, une concession Volkswagen est devenue disponible à Drummondville ; le couple n’allait certes pas passer à côté. L’année suivante, ils ont aussi fait l’acquisition de Volkswagen Victoriaville.

« Après avoir connu cinq propriétaires en 10 ans, Volkswagen Drummondville manquait un peu d’amour, se souvient Mme Boies. Il s’y vendait environ 150 véhicules par année, alors que nous sommes sur le point de dépasser le cap des 500. » En 2015, la concession drummondvilloise a reçu le prix Club Élite Wolfsburg, qui récompense les rendements selon les standards du constructeur allemand. Elle vient également de recevoir le Napoléon 2016 remis à un commerce de 15 à 75 employés célébrant la vitalité et le dynamisme économique de sa région.

Toutefois, c’est le prix Femme d’affaires de l’année (2013) reçu dans la catégorie « nouvelle entrepreneure » qui a le plus contribué à élargir ses horizons. Lorsqu’elle est allée le chercher, la Caisse de dépôt et placement l’a remarquée. « La Caisse voulait changer la culture entrepreneuriale du Québec, et on m’a invité à siéger sur son comité Innover et agir, sur lequel siégeaient aussi des grands noms du monde des affaires québécois. »

Grâce aux rencontres effectuées par l’entremise de ce réseau, elle est devenue un modèle pour les femmes qui souhaitent démarrer leur entreprise. C’est sans hésitation qu’elle leur dit : « Allez-y ! Le plus difficile, c’est de se lancer. »

Son « grand risque financier », Nathalie Boies l’a pris tout en élevant sa famille. Au départ, ses filles âgées de sept et neuf ans trouvaient qu’il fallait parfois faire « bien des concessions pour être concessionnaire ». Toutefois, aujourd’hui, elles « vendent » même des voitures à leurs professeurs, illustre la gestionnaire, à demi sérieuse.

Des idées novatrices

Nathalie Boies a « recentré sa vie au Centre-du-Québec », et c’est de sa concession qu’elle opère Walkiri Marketing. « J’ai deux écrans d’ordinateur ouverts en permanence sur mon bureau : un pour la concession et l’autre pour l’agence », explique-t-elle. Son conjoint assure la direction générale de la concession de Victoriaville. Posséder deux concessions et une agence de marketing la garde occupée, mais cela lui permet de continuer à développer son côté créatif.

En 2015, pour combler le poste d’une adjointe qui partait en congé de maternité, elle a invité les Drummondvillois à devenir des chasseurs de têtes. La personne dont le candidat était retenu pouvait conduire une Beetle décapotable pendant un mois. De plus, un immense buzz médiatique a été orchestré lorsque la Jetta 1991 de Karl Lavoie – qui avait toujours été entretenue chez le concessionnaire – a franchi son millionième kilomètre. Cette campagne a rejoint plus de 3 millions de personnes via les médias traditionnels (télé, radio, imprimés) et numériques, faisant de M. Lavoie une véritable vedette locale.

L’esprit d’initiative de Mme Boies est aussi mis à profit dans sa gestion des ressources humaines. « J’offre un budget à mes techniciens et ils doivent se concerter pour décider quel équipement sera commandé en priorité, expose-t-elle. Ainsi, ils se sentent plus impliqués, ce qui accroît leur motivation. »

S’attarder aux détails

« Nous, les femmes, on ne pense pas nécessairement comme les hommes, observe Nathalie Boies. On est souvent plus organisées et on s’attarde aux détails. Lorsque je suis dans la salle d’exposition et que je me présente, les gens sont toujours surpris et contents de faire affaire avec une concessionnaire. »

Quand elle aborde les clients, ce n’est pas pour leur vendre une voiture à tout prix : « Je veux apprendre à les connaître pour développer une relation. Parce qu’avant d’être de la vente, ça reste une relation de personne à personne. »

Forte de ses cinq ans dans le domaine, elle compte développer son propre style et veiller à ce que les exigences de sa clientèle soient satisfaites du début à la fin de leur expérience. Une approche qui risque d’avoir du succès dans une industrie qui tente de plus en plus de se dissocier de ses anciennes façons de faire…

Volkswagen Drummondville en chiffres

Nombre d’employés : 25
Ventes annuelles : 500 véhicules
A fait son entrée dans le Club Élite Wolfsburg en 2015

Catégories : Concessionnaires

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X