fbpx

Capitaux pour la rentabilité

PHOTO L’Expert Carrossier Rive-Sud

Rêve-t-on de robots ? À la réflexion, ils sont infiniment présents, généralement dissimulés dans des circuits bourrés d’algorithmes, à exécuter de façon intemporelle des fonctions à la vitesse de l’éclair.

Des fonctions, il y en a tant, qu’aucun gestionnaire en réparation de carrosserie, un univers ultra informatisé n’a encore réussi à les exploiter entièrement.

Les témoignages suivants, rendus par les utilisateurs de trois services bien implantés au Québec, révèlent de nouveau à quel point chacun est aussi efficient sous ses touches, que vital pour l’entreprise.

 Un équipier indéfectible

Chez L’Expert Carrossier Rive-Sud, la formule d’AUDATEX, adoptée depuis plus de deux décennies, est si intégrée à la gestion des travaux, qu’elle est en symbiose avec son équipe d’estimateurs.

Michel Labelle ne saurait s’en passer, tellement le système est simple à utiliser, ainsi que d’une rapidité et d’une fiabilité qu’il estime insurpassables en raison, notamment, d’un contenu absolument complet.

Impossible d’oublier la moindre pièce puisque pour chaque élément à remplacer — un support de radiateur par exemple — AUDATEX présente toutes les configurations, et tout ce qui est nécessaire à son installation.

Sa consœur, Véronique L’Hébreux, en apprécie particulièrement divers aspects, le premier étant l’approche par étapes des procédures d’estimation, puisqu’elle réduit presque à néant les pertes dues aux oublis.

Il y a également la facilité avec laquelle les pièces sont affichables en 3D, de même que la lecture de leurs légendes, étant donné que la grosseur des caractères en accélère de plus la consultation.

En parallèle des diverses programmations, ce sont les mises à jour automatiques faites en ligne au rythme du lancement des nouveaux véhicules, qu’elle trouve extrêmement efficaces.

Elle précise que, de ne pas devoir débrancher chaque fois tous les terminaux d’estimation, le risque d’erreurs de rebranchement est éliminé, et qu’on y gagne du coup en productivité.

Et son collègue Roger Bois de rajouter que ce système facilite par ailleurs l’inscription manuelle de tous les volets connexes : sous-traitance, alignement, pare-pierres et autres.

C’est sous cette rubrique que sont d’ailleurs faites les entrées ayant trait à la récente demande des assureurs portant sur la vérification de l’état des systèmes, avant travaux et avant livraison.

Enfin, il estime intéressant que le logiciel d’AUDATEX permette en plus de mémoriser l’historique des clients ; ce qui inclut à la fois les coordonnées des véhicules, les estimations et soumissions de base, et les réclamations.

Des rayons X à volonté

Le Garage Ghislain Leclerc a été l’un des premiers ateliers où a été installé le logiciel de CARRUS, d’abord appelé Net-3F à la fin des années 1990. Martin, qui a pris la relève de son père, continue à s’en servir à fond.

Martin Leclerc, propriétaire du Garage Ghislain Leclerc. PHOTO Garage Ghislain Leclerc

En gestion, ce produit longueuillois, dont il a connu toute l’évolution, est un assistant de taille, admet-il. C’est son tableau de bord : un guide de navigation qu’il veille à alimenter religieusement en données.

D’une fiabilité remarquable, ce système informatique est un analyseur qui lui donne à volonté les rayons X essentiels à faire en tout temps le point sur le moindre aspect des travaux.

Cette technologie est indissociable d’une rentabilité qui n’a aujourd’hui aucun rapport en chiffres absolus avec l’époque précédant l’avènement de l’informatique, soit peu avant l’obtention de son DEP en Carrosserie.

Tout y est intégré au point où il est impossible d’optimiser davantage la logistique, sinon en scrutant minute après minute la moindre inscription de temps, de facturation ou de paiement.

Qu’il s’agisse de l’estimation, des bons de travail, des tâches, des pièces, du matériel, des entrées et sorties des véhicules, ou du temps de cycle, les analyses tirées de CARRUS lui permettent de piloter au près.

Martin Leclerc ne peut concevoir de gérer de manière optimale sans cette informatique dont les rapports obtenus en appuyant sur une touche lui donnent instantanément le coût de revient d’un dossier.

Aussi étrange que fût à l’origine le fait de s’adapter à cette nouvelle façon d’administrer, aussi formidable est le fait de pouvoir détecter par CARRUS la moindre anomalie en quelque point du processus de réparation.

La rentabilité étant à son avis le résultat d’un tout, mais surtout du suivi constant et rigoureux qu’il faut faire en vérifiant systématiquement tout ce qui semble anormal, elle dépend avant tout de demeurer à l’affût.

Un partenariat sans prix

Christian Laberge, propriétaire de Chemiakin Autos, ne saurait se départir de GEM-CAR : le logiciel montréalais de gestion d’atelier qu’avait lancé V2V Technologies en 2001.

Christian Laberge, propriétaire de l’atelier Chemiakin Autos. PHOTO Chemiakin Autos

S’il est fort convivial, il est aussi étonnamment soutenu par une équipe de programmeurs d’une efficacité et d’une expertise de tout premier plan, souligne-t-il.

Comme c’est dans les moments critiques qu’on juge de l’efficacité d’un service, il a pris la juste mesure de sa performance le matin où son propre serveur a été en panne.

Il a suffi de 20 minutes, un coup de fil et un café, pour que Denis Fréchette réussisse à le dépanner par TeamViewer en utilisant la sauvegarde qu’il lui avait transmise par clé USB. À 8 h 05, tout était rétabli.

Ce service aussi inattendu que non prévu ne l’avait pas vraiment surpris, en ce qu’il correspond simplement à l’esprit de partenariat de ce fournisseur, dont il prise l’écoute et l’interactivité.

A-t-il quelque idée ou besoin particulier, GEM-CAR se charge de sa réalisation ; un partenariat singulier qui lui a valu en 2017 le trophée Atelier de l’année à titre de Gestion exceptionnelle.

Au quotidien, Christian Laberge soutient que l’application qu’il considère comme indispensable dans le feu de l’action est le Bleu, le Rouge et le Vert indiquant si le travail est en cours, à l’arrêt ou terminé.

Il y a également, détail non négligeable, celle qui permet d’un coup d’œil de savoir quel client est en attente ou doit être raccompagné, et à qui on a réservé un véhicule de remplacement.

Là où ce logiciel a le plus de poids, c’est évidemment en matière de rentabilité proprement dite. Il est crucial pour diagnostiquer avec grande précision ce qui devrait rapporter davantage, et agir en conséquence.

Ce système de gestion de GEM-CAR vaut son pesant d’or chaque fois qu’on découvre un poste où la rentabilité n’est pas aussi au rendez-vous qu’on le croirait, conclut Christian Laberge.

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

septembre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

octobre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

05oct(oct 5)10:00 am07(oct 7)1:30 pmAFLA 2020 Corporate Fleet Conference

07oct(oct 7)11:00 am08(oct 8)6:00 pmExpérience virtuelle CCIF 2020

Nos partenaires

Menu
X