fbpx

Diane Chaîné, Progi : l’ère du changement et de la transparence

Autosphere » Carrosserie » Diane Chaîné, Progi : l’ère du changement et de la transparence

Le secteur de la carrosserie vit de grands changements,constate Diane Chaîné, présidente de Progi.

Le secteur de la carrosserie connaît bien Progi, qui lui propose des solutions informatiques de gestion de cours pour les recycleurs, de commande de pièces et de prise de rendez-vous pour les ateliers et leurs partenaires assureurs.

« Le secteur change à grande vitesse, constate Mme Chaîné. Ça bouge quotidiennement, que ce soit du côté des constructeurs automobiles, des réseaux de carrossiers ou encore du côté des assureurs. On doit aussi ajouter à cette réalité une démographie dont le visage se transforme. D’un côté, la clientèle vieillit, alors qu’une nouvelle génération prend le volant. Et tous ces gens ont des attentes de services spécifiques. Il en va de même pour le personnel dans les ateliers. »

Pour ses clients carrossiers, dont son entreprise compte se rapprocher encore davantage en 2018, Diane Chaîné souhaite continuer de développer des outils de gestion pour les rendre encore plus efficaces. « De ce côté, je constate qu’il y a beaucoup de demandes faites par les assureurs aux carrossiers pour afficher plus de transparence et documenter avec précision leurs opérations. Les assureurs veulent des éléments de contrôle. Mais on le voit aussi au sein des grandes bannières, qui souhaitent suivre les performances des ateliers. »

Revoir les processus

Pour Diane Chaîné, il est difficile pour un atelier, en 2018, de se mettre au diapason de la présente révolution technologique sans prévoir d’importants investissements. « Mais encore plus, il faut que les ateliers soient prêts à revoir leurs processus de travail et à se remettre en question, reprend-elle. Je sais que certains ateliers veulent rester petits, mais je doute de leur survie à long terme. Avec le mouvement de certification, la formation technique nécessaire pour réparer les voitures modernes et la complexité croissante de tout le secteur, je crois que rester à l’écart de la tendance est loin d’être la meilleure stratégie. »

Des logiciels compatibles

Un autre élément intéressant que souligne la PDG de Progi, c’est que les logiciels qui lient les ateliers avec les assureurs ou qui leur permettent simplement de gérer leurs opérations devraient être compatibles. « C’est un enjeu pour les carrossiers ; ces systèmes devraient se parler. Je crois que chaque fournisseur — dont nous — a ses forces. Que chacun reste un spécialiste, mais il faudrait vraiment faciliter l’intégration sur une même plateforme partagée. »

Dans une tout autre perspective, l’accélération des technologies automobiles a un effet pervers, selon Mme Chaîné. « Trop souvent, à cause du prix des réparations, une voiture de 45 000 $ impliquée dans un accrochage mineur devra être déclarée perte totale. Devant cette réalité qui affecte notre économie et notre environnement, je crois qu’une prise de conscience collective sera nécessaire. »

Catégories : Carrosserie

EMPLOIS

 
Montréal Mitsubishi
Coach de l'équipe de vente (« DESK »)
 
  LASALLE
  Temps plein
 
 
OSTIGUY FORD
Commis aux pièces
 
  RICHELIEU
  Temps plein
 
 
Lallier Automobile (Hull) Inc.
Mécanicien / Technicien automobile
 
  GATINEAU
  Temps plein
 
 
Mazda Val-David
Conseiller (ère) - neuf & occasion (80-100K/année)
 
  VAL-DAVID
  Temps plein
 
 
Distributeurs Automobile du Québec
Préposé de cour
 
  BOISBRIAND
  Stage
 

ARTICLES POPULAIRES