fbpx

Une valorisation pour tous

Autosphere » Carrosserie » Une valorisation pour tous

La reconnaissance des acquis en prévision de l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles (DEP) est une démarche valorisante et stratégique.

Il existe un programme qui permet de reconnaître les compétences d’un technicien qui oeuvre de longue date dans un atelier de carrosserie sans pour autant avoir un diplôme. Au-delà d’avoir en main un simple document, cette reconnaissance est un grand avantage pour le travailleur. De plus, pour une entreprise, encourager un employé parfois formé sur le tas à aller chercher cette reconnaissance peut être un levier pour l’obtention de certifications de la part des constructeurs.

Une démarche valorisante

« Je pense que d’aller chercher un diplôme est une démarche qui peut s’avérer très valorisante pour un technicien, explique Luc Fillion, directeur et conseiller stratégique. Cela ne fera pas de lui un meilleur technicien, mais il aura en main un document qui le mettra en valeur et lui sera utile tout au long de sa carrière. »

Pour l’atelier, faire reconnaître les acquis d’un travailleur est une façon de faire monter son pointage pour l’obtention d’une certification I-CAR Or, demandée par certains constructeurs automobiles dans le cadre de leur programme de certification des ateliers.

La CCPQ préconise la démarche de reconnaissance des acquis et accompagne les ateliers et leurs techniciens. Pour la Corporation, cette initiative va dans le sens de la valorisation du métier. Ainsi, lors de sa tournée régionale, Luc Fillion abordera cette question avec les carrossiers qu’il rencontrera. Qui plus est, la CCPQ rend disponible  à ses membres des formulaires pour faciliter la démarche.

Comment l’obtenir ?

Dans tous les centres de formation professionnelle, un conseiller pédagogique peut guider le demandeur dans sa démarche. Ce dernier doit préparer un C.V. et une lettre d’attestation prouvant son parcours professionnel. Il pourra ajouter à sa demande tous les diplômes, certificats et attestations obtenues dans le cadre de son travail. Le candidat pourra ensuite compléter une fiche de demande qui permettra au conseiller pédagogique d’ouvrir un dossier. Cette demande peut entraîner de légers frais, mais plusieurs centres de formation offrent ce service gratuitement.

Après avoir rempli et remis un document d’auto-évaluation où il pourra cocher les compétences qu’il possède déjà, il recevra – souvent sur le lieu de travail – la visite d’un enseignant attitré à cette tâche. Ce dernier émettra des recommandations. Un DEP peut être émis par la suite, ou le demandeur peut ressortir de l’activité avec une liste de cours à compléter pour obtenir ce diplôme.

« C’est une démarche positive, soutient Luc Fillion. Un technicien qui a gravi les échelons au fil des années sera surpris de voir, noir sur blanc, toutes les compétences qu’il a développées. Libre à lui d’aller ensuite chercher les éléments qui lui manquent pour obtenir un diplôme qui, en plus de démontrer ses connaissances, pourra lui être utile durant toute sa carrière. »

Selon M. Fillion, le propriétaire d’un atelier peut très bien se servir de cette reconnaissance des acquis pour tracer un portrait de ses ressources humaines. Il pourra ainsi identifier les compléments de formation souhaitables pour son équipe.

Catégories : Carrosserie

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X