fbpx

Gestion : Être certifié ou oublié

Autosphere » Carrosserie » Gestion : Être certifié ou oublié

La vieille tradition européenne de l’excellence, fondée sur le compagnonnage, a enfin atteint les rives nord-américaines.

Après la guerre 39-45, notre grande surprise a été de voir arriver des maîtres en leur domaine, des gens dont le savoir et le savoir faire nous laissaient sans mots.

Le premier réflexe de beaucoup de nos artisans avait été celui du rejet : « Ces gens-là ne viendront pas nous montrer notre métier ! » disaient-ils, quitte toutefois à les faire travailler dans l’ombre.

Beaucoup de ces Européens ont d’ailleurs été un net apport à nombre d’entreprises tant par le transfert de connaissances que par leur sens de la qualité et leur capacité à innover.

Fini, la tolérance

Quelques décennies plus tard, c’est à notre tour de devoir refuser la tolérance en raison du raffinement de la construction des véhicules, et compter sur des techniciens parfaitement qualifiés.

Il n’est donc pas étonnant que deux géants exigent que les techniciens aient la certification I-CAR appropriée : celle pour la réparation de l’aluminium des Ford F-150, ainsi que celle pour les aciers des véhicules Honda.

Dans le cas de l’aluminium, l’exigence va en outre de pair avec la nécessité de s’équiper de l’outillage et de l’équipement conçus pour le manipuler correctement et éviter toute contamination par l’acier.

Certifié par marque

Parallèlement au niveau de qualification que les techniciens doivent avoir, on assiste à une augmentation du nombre d’ateliers certifiés par les constructeurs.

Il n’est pas question, par exemple, que les Audi, VW, Porsche, BMW, Mercedes et Jaguar, notamment, soient confiés à des ateliers n’ayant ni l’expertise, ni l’équipement appropriés.

La même tendance est notée du côté des constructeurs asiatiques, afin que les travaux soient faits en fonction de leurs propres paramètres. Les marques nord-américaines emboîtent graduellement le pas.

Certifié par I-CAR

Tous les ateliers ne pourront évidemment être identifiés à un constructeur, mais il est déjà évident que les techniciens devront incessamment avoir l’essentiel des certifications I-CAR exigées par un nombre croissant de constructeurs.

Dans la même veine, il est devenu indispensable que les ateliers qui n’ont pas encore la certification Or d’ICAR soient en voie de l’obtenir, et aient du personnel certifié Platine, comme certains le sont déjà.

Après avoir insisté durant 15 ans sur l’importance de la formation de pointe et le perfectionnement, le temps est venu d’en récolter pleinement les avantages.

Telle est la situation alors que le Québec compte quelque 1000 concessionnaires automobiles offrant plus de 40 marques. Combien y en a-t-il dans votre région ?

Catégories : Carrosserie

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X