fbpx

Les commandes : le feu arrière et la foi

Autosphere » Carrosserie » Les commandes : le feu arrière et la foi

Dans le métier, c’est le monde à l’envers. Les gains se font non pas en fin, mais en début de cycle.

Même si on est en carrosserie depuis toujours, je ne suis pas sûr qu’on soit suffisamment conscient du fait que tout se joue avant la réparation, plutôt qu’au moment de la livraison.
Chaque erreur dans le processus d’estimation rougit la colonne des revenus à cause des pertes de temps qu’elle entraîne, et les mauvaises commandes en rajoutent.
Les surprises
J’aimerais bien savoir à combien de dizaines de milliers de dollars en manque à gagner se chiffrent les conséquences qui résultent d’évaluations et de commandes incomplètes ou imprécises.
Des exemples de mauvaises surprises, on en a tous à l’esprit dont celles, toutes particulières, de cas où il a fallu attendre les bonnes pièces durant des jours ou des semaines.
Mais, quelle que soit l’erreur, outre celle toujours possible d’un fournisseur, chacune devrait être évitée par une simple vérification de routine ou, en étant vue à temps, n’avoir qu’un effet limité.
Le feu à retourner
Sur ce point, je n’arrive toujours pas à comprendre que des carrossiers entreprennent une réparation sans avoir absolument toutes les pièces en main.
Ce qui est étonnant, c’est que ce type de perte parfois substantielle découle non pas de bris ou de fautes professionnelles, mais d’une mauvaise gestion.
Entre nous, comment se fait-il qu’on se retrouve par exemple avec un feu arrière de droite, plutôt que de gauche, ou possédant un réflecteur argent plutôt que noir ?
La foi coûteuse
Eh oui, c’est de cette manière à tout le moins embarrassante qu’on « découvre » que, pour un modèle d’une même année, le constructeur a utilisé outre le noir, le gris et l’argent !
Il y a évidemment toujours de ces cas spéciaux qu’il est possible d’éviter en dressant la liste détaillée de ce qu’il faut commander, mais s’occupe-t-on assez de la réception ?
On trouve tellement de diversité dans les composants, que c’est péché de commander aveuglément et uniquement de bonne foi, comme si on faisait partie d’une religion.
La règle de trois
Autre aspect : je sursaute dès que je vois pêle-mêle un lot de boîtes dont il est impossible de savoir à première vue à quels véhicules elles correspondent, ou des pièces déballées et éparpillées.
J’imagine alors tout le temps perdu à chercher ce dont on a besoin, soit une de ces petites pièces aussi rares que chères et indispensables, disparue on ne sait où, comme par enchantement.
Pour éviter ceci, je suggère trois choses : indiquer au fournisseur d’inscrire le numéro du bon de réparation sur les boîtes, les déposer sur le chariot correspondant, et en vérifier soi-même le contenu.

Catégories : Carrosserie

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X