fbpx

Le visage démographique du Québec va changer

Autosphere » Carrosserie » Le visage démographique du Québec va changer

Les mouvements de population à travers le Québec vont modifier le marché dans les prochaines années.

Lors d’une rencontre avec des clients et partenaires le 16 novembre, l’avocat Patrice Vachon de la firme Fasken Martineau de Montréal, a tracé un portrait des grands enjeux démographiques auxquels le Québec sera confronté au cours de prochaines années.

« Je m’intéresse à la démographie depuis une quinzaine d’années. Le résumé de mes études permet de voir les mouvements de population entre les régions et les villes, mais aussi l’importance de l’immigration dans un Québec vieillissant. »

En fait, selon les données compilées par Me Vachon, le pourcentage de personnes âgées de plus de 65 ans en 2001 est passé de 13 % à 18 % en 2016 et atteindra 30 % dans 40 ans.

La population du Québec devrait atteindre 9,4 millions de personnes en 2036. Les croissances seront surtout enregistrées dans la ceinture de Montréal (Laval + 31 % et Montérégie + 21 %) ainsi que dans Lanaudière, les Laurentides et l’Outaouais. La ville de Montréal verra aussi sa population gonfler de 17 %.

À l’autre bout de la courbe, les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord vont voir leur population diminuer. « Et à plusieurs endroits en région, on peut prévoir que la population âgée de plus de 65 ans représentera au-delà de 50% des habitants », estime Me Vachon.

Déjà, 85 % de la population du Québec habite le long du fleuve Saint-Laurent. Cette tendance va se maintenir dans les prochaines années.

« Il est important de suivre les mouvements démographiques, reprend Me Vachon, car ils indiquent non seulement où se trouveront les possibilités commerciales dans les prochaines années, mais aussi à quels endroits on pourra trouver de la main-d’œuvre. »

Moins de jeunes

Selon les mêmes statistiques, le Québec, comme beaucoup de régions en Occident, affiche un recul du pourcentage de jeunes de moins de 19 ans au sein de sa population. On en comptera 8 000 de moins à chaque année au cours des cinq prochaines décennies.

Avec un baisse du taux de natalité (1,68) en dessous du seuil de renouvellement (2,1), c’est vers l’immigration que se tournent les regards quand on songe à maintenir une population suffisante pour soutenir les finances de l’État et combler les postes laissés vacants par les retraités.

En fait, en moyenne, entre 45 000 et 55 000 immigrants s’installent au Québec annuellement. La vaste majorité est d’ailleurs composée d’immigrants économiques, notamment en provenance de la Chine. Cet apport démographique bénéficie surtout à la grande région de Montréal (incluant Laval et la Montérégie), où plus de 85 % de ces individus et familles viennent s’établir.

« Les gens ne sont pas intéressés à être confrontés à la réalité du choc démographique que nous vivons présentement. Il me semble pourtant important de les sensibiliser à ces enjeux. Qui plus est, conclut Me Vachon, ce sont nos leaders qui doivent se lever et établir une stratégie de développement démographique pour les 10 ou 20 prochaines années, voir plus. »

Catégories : Carrosserie
Fleet Europe remet ses prix 2016
Sherwin-Williams propose un revêtement transparent

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X