Ventes mondiales : résultats variés au Canada et ailleurs

Ventes mondiales : Résultats variés au Canada et ailleurs

Quelques résultats positifs ne peuvent pas contrer le déclin général.

En août, les ventes mondiales d’automobiles ont continué de dégringoler. En effet, elles ont baissé de 6 % sur un an, ce qui n’est pas loin du point auquel les achats mondiaux devraient terminer l’année. L’économie mondiale connaît un ralentissement, surtout exacerbé par les tensions commerciales chroniques entre les États-Unis et la Chine. On ne peut guère espérer que le conflit se résolve à court terme, ce qui aura un effet sur les pays qui dominent principalement les chiffres mondiaux.

Les États-Unis et le Japon font partie des rares pays qui soutiennent la situation mondiale. L’économie allemande est au neutre, ce qui entraînera une chute du marché européen, tandis que le Brexit rend la situation encore plus difficile. Le temps presse pour que les entités concernées mettent en place des mesures pour reprendre ce terrain perdu, en particulier en Chine, où la dégringolade a été prononcée.

Légère hausse au Canada, mais pas de fondement solide

En août, les ventes d’automobiles au Canada ont inscrit une modeste hausse, mettant fin à une séquence record de dix-sept mois de baisses par rapport à l’année précédente. Ceci n’est toutefois pas un grand motif de réjouissance. La fin de semaine précoce de la fête du Travail a artificiellement gonflé les statistiques : les ventes dans les deux chiffres dans les parcs automobiles ont masqué la léthargie chronique des ventes au détail.

Nous ne voyons pas non plus de bases solides dans l’économie canadienne qui se traduisent par une croissance des ventes d’automobiles, même avec une croissance de l’emploi, des salaires décents et un renforcement des marchés de l’habitation. Les coûts élevés reliés au remboursement de la dette créent probablement des turbulences dans l’industrie automobile. L’endettement élevé des ménages est une contrainte pour plusieurs, et nombreux sont ceux qui ont massivement puisé dans la valeur nette de leur logement en 2017. C’est ce qui expliquerait le relèvement de la consommation des biens durables, dont les automobiles, en créant des effets de base élevés pour les années suivantes. Cependant, le coût de financement a été réduit, de même que les attentes en matière d’assouplissement des taux directeurs. Bien que cela prenne du temps, cela pourrait limiter les ratios du service de la dette, voire même les réduire.

Nous maintenons à 1,94 million d’exemplaires nos prévisions pour le total des ventes en 2019. En août dans le centre du Canada, les ventes d’automobiles ont fortement bondi de 4 % sur un an. Plus précisément, les ventes de l’Ontario ont gagné presque 5 % sur un an, mais son économie nous fait anticiper une croissance plus faible pour le reste de l’année. Le Québec a progressé de 2 % sur un an et devrait continuer avec une performance économique plus robuste.

Dans les provinces de l’Ouest canadien, les ventes ont été médiocres : les ventes régionales ont reculé d’environ 4 % sur un an. La Colombie-Britannique a inscrit les plus fortes pertes, soit plus de 4 % sur un an, alors que l’Alberta a chuté de 1 %, mais que la Saskatchewan a connu un autre mois positif avec 2 %.

Les ventes d’automobiles dans la région de l’Atlantique ont augmenté de 4 %. À nouveau, Terre-Neuve et le Nouveau-Brunswick ont mené cette croissance. La région accusait cependant déjà un ralentissement ; ainsi, les gains mensuels laissent plus entrevoir une reprise que des résultats vigoureux.

De meilleurs résultats au sud de la frontière

En revanche, les États-Unis ont progressé de 10,5 % en août. Les coûts de financement sont demeurés faibles, le week-end précoce de la fête du Travail a stimulé les ventes et des mesures incitatives sont probablement à l’origine d’une baisse des stocks en prévision de l’arrivée de nouveaux modèles. Dans l’ensemble, les États-Unis devraient terminer l’année sur une base solide et nous maintenons notre prévision de 17,0 millions d’unités, en légère baisse par rapport au sommet de 17,2 millions atteint en 2018.

Les ventes du Mexique ont poursuivi leur chute. Le pays n’a enregistré qu’un mois de ventes positif en plus de deux ans, et pendant le tiers de cette période, des baisses à deux chiffres ont été enregistrées. Le programme de réformes intérieures, le ralentissement de l’activité économique aux États-Unis et les préoccupations liées au commerce ont entraîné une faiblesse des perspectives économiques, avec une croissance de seulement 0,2 % prévue cette année et un modeste rebond à 1,0 % en 2020.

Tensions commerciales et Brexit

En Chine, les ventes ont continué de se détériorer avec une baisse de 7,7 % en août, mesurée par rapport à l’an dernier, alors qu’elles avaient chuté de 5,5 %. Ceci marquait un recul pendant 14 mois consécutifs. Des mesures gouvernementales, notamment des flux de crédit plus importants, des réformes du taux directeur dictées par le marché et des réserves obligatoires moins élevées pour les banques devraient stimuler la croissance et les ventes, mais prendront du temps. L’année avance vers un taux de vente annualisé corrigé en fonction des variations saisonnières (SAAR) de 21,6 millions d’unités, mais la situation n’évoluera pas suffisamment pour regagner le terrain perdu de manière significative.

Le Japon a enregistré une croissance de 6,7 % en août, ce qui a entraîné une hausse de 1,8 % sur l’an pour les huit premiers mois de 2019. Cependant, cette augmentation était probablement un coup de pouce dans l’anticipation d’une hausse de la taxe à la consommation survenue en octobre. En Inde, les ventes ont chuté de près de 30 % en juillet et en août, et les mesures agressives prises par la banque de réserve n’ont pas encore mis fin au ralentissement.

En Allemagne, les ventes globales restent faibles mais positives, ce qui en fait la seule grande économie européenne à la hausse. En août, la France avait baissé de 14,1 % et l’Espagne de 30,8 %.

Malgré une baisse en août, le Brésil connaît une tendance à la hausse ces deux dernières années et a soutenu la région ; la Colombie et le Pérou étaient également en hausse. Mais le Chili a décliné et l’Argentine a chuté de près de 30 %, sans entrevoir de fin. Si l’économie mondiale se dégrade, l’Amérique du Sud en ressentira certainement les effets.

Calendrier

février

26fevToute la journée28Michelin / Lancement du pneu X-ICE SNOW

mars

02mar5:30 pm10:00 pmCorporation Mobilis / Avant-Première bénéfice du Salon de l'auto de Québec

03marToute la journée08Corporation Mobilis / Salon de l'auto de Québec

04mar3:00 pm10:00 pmNAPA / XPO Rimouski

Nos partenaires

Menu
X